Page 32

inee-prospective-recherches-polaires

PROSPECTIVE RECHERCHES POLAIRES est en effet particulièrement sensible dans ces survivent pas dans les conditions polaires et sub- écosystèmes peu diversifiés et dysharmoniques polaires peu favorables à leur cycle biologique. (e.g. peu d’herbivores, pas de grands herbivores, Une progression constante de ces espèces pas de grands prédateurs…) car les espèces au- « échappées» est pourtant constatée. Ce sont le tochtones apparaissent souvent peu à même de plussouventdes espècestrèscommunesde nos répondre aux modifications du climat par com- régions qui trouvent maintenant un milieu favora- paraison aux espèces envahissantes que leur ble à leur épanouissement au détriment des es- plasticité métabolique rend souvent opportu- pèces autochtones. C’est le cas de la mouche nistes. bleue Calliphora vicina qui a bénéficié d’une aug- De plus, une augmentation des températures de mentation de la température moyenne de 1.3°C quelques dixièmes de degré peut faire passer sur 50 ans aux Kerguelen pour se développer de- une espèce introduite au statut d‘espèce enva- puis les années 1980,exerçant une pression tou- hissante. En théorie, de nombreusesespèces in- jours plus forte sur l’espèce endémique, sans troduites volontairement ou non par l’homme ne ailes, Anatalanta aptera. II.3.2 Perspectives Les stations d'observation Toutes ces études,qu’ellesconcernentles organismes marins,les oiseaux ou les végétaux ont un be- soin commun d'outils d'observation.La multiplication des sites d’études le long d’un gradient latitudi nal allant de Kerguelen à l’île d’Amster am, en passant par l’archipel de Crozet constitue un réseau d’acquisition de pointsde mesures déterminants pour une recherche subpolaire de haut niveauqui se traduit par une forte productivitéscientifique (1er rang mondial) des équipes opérant dans ces zones. • La pérennisation des stations d'observation • Une approche similaire est souhaitable en est essentielle ; développer des réseaux longi- Arctique, par le biais d’un réseau de points de tudinaux et latitudinaux de points de mesures ap- mesure allant du Svalbard à la Bretagne,en pas- parait comme une nécessité pour les études re- sant par le Groenland et Terre Neuve (Saint latives à l’impact du changement global. Les Pierre et Miquelon). Il faut préciser que plusieurs bases de recherche françaises dans l’Océan programmes mis en place en Arctique, notam- austral constituent un tel réseau et celui-ci pour- ment via des collaborations internationales, ont rait être considérablement enrichi par le déve- déjà permis de tisser un réseau géographique- loppement de systèmes d’observations ana- ment étendu pour des espècesd’oiseauxmarins logues dans les îles Eparses, plus au nord sous modèles (à forts effectifs et large distribution les tropiques. géographique),telles que la mouette tridactyle et • Aucun système d'observation n’est encore le mergule nain. Des démarches sont en cours consacré au domaine maritime,en particulier cô- de développement par l’IPEV,auprès du Canada tier, malgré l’augmentation prévisible des pres- et de la Suède, pour permettre aux scientifiques sions qu’il subit. Il importe donc de définir des français d’accéder aux stations de terrain du sites marins côtiers d’observation, basés sur haut Arctique afin de faciliter les comparaisons les résultats des campagnes et des travaux ef- nord-sud en milieux subpolaires. fectués depuis les années 70, qui seront suivis • Les outils d'observation sont également in- tous les un à dix ans, selon leur intérêt et la vi- dispensables à la poursuite du développement tesse probable des phénomènes qui s’y dérou- des travaux sur les processus éco-épidémiolo- lent. Seul un tel travail permettra une mise en giques et évolutifs mis en jeu dans les ré- place de plans de gestion aussi pertinents en ponses des populations, communautés et mer qu’à terre (p.e. dans le cadre de la Réserve écosystèmes aux changements environnemen- Naturelle des Terres Australes Françaises). taux en cours notamment en Arctique. L’étroite 30


inee-prospective-recherches-polaires
To see the actual publication please follow the link above