Page 36

inee-prospective-recherches-polaires

PROSPECTIVE RECHERCHES POLAIRES • En Arctique, il n’existe aucun système de suivi d’évaluer et d’étudier ces processus le long de organisé des écosystèmes et les stations de re- gradients latitudinaux englobant des stations du cherche existantes ne couvrent qu’une petite Haut Arctique et du Subarctique. Un axe de type partie de leur variabilité. Il existe des réseaux Abisko (Arctique suédois), Ny Ålesund (Haut Arc- comme SIOS, ArcticWolves ou IPY Arctic Preda- tique) serait des plus pertinents. De tels disposi- tors qui ne prennent pas en compte les inverté- tifs pourraient constituer des outils de recherche brés ni la flore (la toundra y est perçue comme le et des réseaux collaboratifs complémentaires de compartiment d’entrée des écosystèmes), ni les ceux déjà présents dans le polaire/subpolaire an- environnements marins. Pourtant, compte tenu tarctique, la comparaison entre les deux pôles de son extrême fréquentation humaine et de sa étant particulièrement enrichissante pour la grande sensibilité aux changements climatiques, connaissance des processus biologiques. les écosystèmes arctiques sont amenés à subir de grands changements (verdissement par crois- • Dans le cas des larges populations d’oiseaux sance des arbustes et des arbres, colonisation marins, distribuées d’une façon fragmentée en d’espèces mobiles tels que le renard roux ou cer- domaines insulaires et le long des côtes, un ré- tains insectes ravageurs et déclin des espèces seau de sites d’études développé dans le cadre endémiques tels que lemming, renard polaire ou de collaborations internationales, ancré sur chouette harfang). Il est probable que l’Arctique quelques sites de suivi mis en place depuis soit confronté à des invasions biologiques de plus de 10 ans (notamment dans le Kongsfjord, faune et de flore dont certaines auront pour ori- au Svalbard, et à l’Est du Finnmark, Norvège), et gine le compartiment subarctique. Ce risque po- en comparaison avec d’autres localités (Atlan- tentiel affecte même les îles en raison d'une tique nord, Alaska), permet une approche inté- fréquentation humaine importante qui apporte grée des réponses aux changements très certainement son lot d'espèces candidates environnementaux d’une espèce clef telle que à l'immigration (plusieurs bateaux de croisière la mouette tridactyle. Un soutien à ce type de par semaine avec plusieurs milliers de passa- réseau pourrait être un moyen particulièrement gers à bord). efficace de contribuer,sur une large échelle spa- Il semble important de mettre en place des sys- tiale, au développement et à la pérennisation tèmes d’observation et de suivi (stations d'ob- de suivi physiologique (stress, polluants), épi- servation de la biodiversité, zones ateliers, démiologiques, comportementaux (suivi en mer) observatoires hommes-milieux) qui permettent et démographiques. III.2.2 Catégorisation des espèces Le développement des techniques d’identification moléculaire de type « Barcoding » devrait permet- tre de connaitre rapidement les compositions des écosystèmes polaires, continentaux,planctoniques, cryopélagiques ou benthiques en fonction du cycle des saisons et ainsi, année après année, de sui- vre les perturbations des écosystèmes via leurs représentations taxonomiques. • Cette caractérisation rapide passe par des ainsi le suivi des ajustements. Ce suivi est séquences de gènes parfois « standards », des fondé sur les concepts de la taxonomie et de la recherches et des mises au point de mar- systématique. Il nécessite des bases de don- queurs sont cependant nécessaires chez beau- nées de séquences dont la mise en place de- coup de taxons clés. Le séquençage rapide mande des moyens et la contribution de pour un usage de type « code barre » permet taxonomistes. 34


inee-prospective-recherches-polaires
To see the actual publication please follow the link above