Page 58

inee-prospective-recherches-polaires

Prospective s e h r e CONCLUSION h c r BILAN PROSPECTIF L’étude, voire la préservation du vivant, Hommes et Biodiversités, dans les zones polaires est donc un enjeu scientifique majeur pour les années à venir. Le bilan prospectif ici présenté mon- tre le bon positionnement de la recherche polaire dans les équipes de l’INEE et les forces en pré- sence. Il met l’accent également sur la nécessité de faire perdurer,de valoriser ou de développer un certain nombre d’approches : - qui intègrent : • la profondeur temporelle de l’évolution de l’Homme et de ses sociétés, de son impact sur l’environnement au moins au cours des 15 000 dernières années, depuis la dernière phase glaciaire ; • l’histoire évolutive des espèces à plus long terme, afin de comprendre l’origine et la mise en place de la biodiversité observée actuellement dans ces milieux. L’établissement de scé- narios est indispensable à la prédiction des effets de forçages comme ceux induits par les changements climatiques en cours ; • les aspects adaptatifs développés à l’échelle du modèle biologique en réponse aux condi- tions extrêmes et aux changements climatiques, à la pression anthropique, aux compéti- teurs envahissants et aux polluants (approches écophysiologiques, biochimiques et moléculaires) dans des études plus larges portant sur la structure, la dynamique des com- munautés (y compris humaines) et le fonctionnement des écosystèmes ; la dimension spa- tiale des processus en jeu (dispersion et fonctionnement en métapopulations notamment) est prise en compte dans les études actuelles ; - qui utilisent les technologies nouvelles : • “barcoding”, systématique alpha, révisions taxonomiques, phylogénie, biogéographie, phy- logéographie pour une caractérisation rapide des organismes dans le but de mieux connai- tre pour mieux préserver ; • biologie moléculaire, génomique, anthropobiologie, paléopathologie pour une meilleure compréhension de l’évolution de l’homme dans son environnement ; • relevés et enregistrementsgrâce à des capteurs de plus en plus perfectionnés quirenseignent à la fois sur l’écologie de ces prédateurs (démographie, stratégie comportementale,énergé- tique…)et surlescaractéristique physiques(température,salinité…)et biologiques (ressourcess pélagiques ou halieutiques) de l’océan, pour le suivi non invasif à terreet en mer,de diversani- maux (vertébrés marins prédateurs et leurs proies pélagiquesou organi mes benthiques). 56


inee-prospective-recherches-polaires
To see the actual publication please follow the link above