Page 59

inee-prospective-recherches-polaires

- qui privilégient les observations sur le long terme, pour appréhender l’ampleur des changements liés à l’évolution climatique et aux impacts anthropiques grandissants. Certains de ces systèmes d’observations doivent bénéficier d’outils technologiques innovants,tels que RFID (Radio Frequency Identication) avec antennes fixes ou mobiles, robots, LOPC (Laser Optical Plankton Counter), ROV (Remotely Operated Vehicle), AUV (Autonomous Underwater Vehicles) etc… . Même si la recherche est mieux organisée dans les zones polaires sud du fait de la présence de bases françaises et de structures fédératrices (zone atelier), la volonté d’un développement de systèmes d'observation émerge en Arctique et mérite d’être soutenue (station d'observation de la biodiversité, zones ate- liers, observatoires hommes-milieux). - qui permettent la mise en place de bases de données ambitieuses afin de faciliter les études tem- porelles et spatiales et les collaborations internationales ; - qui enrichissent la connaissance du vivant au sens le plus large des écosystèmes terrestres et marins. L’histoire de l’homme en milieu polaire est encore mal connue. Son impact sur l’environ- nement et ses modalités se croisent avec l’évolution récente de la biodiversité. Il est nécessaire de considérer les dynamiques et, pour chaque échelle spatiale et temporelle de ces milieux, d’établir des cartographies dynamiques afin d’apprécier la diversité spécifique, la diversité phylogénétique et la diversité fonctionnelle en y intégrant les impacts anthropiques. Parmi les défis des dix prochaines années, il faudra : 1) poursuivre l’inté- gration des approches biochimique, physiologique et écologique dans un cadre de biologie et d’écologie évolutives ; 2) savoir aborder les proces- sus mis en jeu à différentes échelles spatiales,pour préciser commentles biotopes arctiques et antarctiques répondent aux changements environ- nementaux et, au-delà, au changement global, et dans quelle mesure les populations seront capables de s’adapter ; 3) apprécier pour les commu- nautés humaines, les processus d’anthropisation qu’elles induisent,les réponses économiques et sociales qu’elles apporteront à une évolution massive et rapide des conditions de vies sur les zones polaires, ainsi qu’à l’évolution des conditions de santé qui pourraient en résulter. Tout ceci passera par une interdisciplinarité des recherches, la poursuite et le renforcement des observations à long terme combinées à des ap- proches expérimentales, par la mise en oeuvre d’une Ecologie Globale comme outil d’étude et de réponse aux changements. 57 PROSPECTIVE DE L’INSTITUT ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT DU CNRS


inee-prospective-recherches-polaires
To see the actual publication please follow the link above