Page 61

inee-prospective-recherches-polaires

trolabe doit être envisagé avant 2017 et plusieurs hypothèses sont à l’étude car le coût de construc- tion d’un vrai brise-glace qui conservedes capacitésocéanographiqu s est hors de portée des moyense actuels. Il est pourtant primordial pour que les recherches amorcées se poursuivent et pour assurer un suivi des systèmes d’observation à la mer qui ont déjà été mis en place. Le besoin d’une embarcationcôtière,semblable à la Curieuse dans les îles subantarctiques,permet- tant de travailler à partir de Dumont d’Urville se faitaujourd’hui sentir.Elle permettraiten particulierd’ef- fectuer des opérations de dragage, de mise à l’eau de ROV et servirait de plateforme de plongée. Enfin, la construction d’un véritablelaboratoirede biologie marine à Dumont d’Urville,envisagé depuis plusieurs années par l’IPEV,doit pouvoir voir le jour afin de donner un nouvel essor à ces recherches en Antarctique. Les stations d'observation de la biodiversité, zones ateliers et observatoires hommes-milieux Toutes les communautés de l’INEE qui sont impliquéesdans la recherchepolaire mettenten avant l’im- portance des structures d’observations du vivant et des sociétés. Si chacune à ses caractéristiques propres (étudesde communautés ou d’écosystèmes marins, terrestres, ou des sociétéshumaines en interactions avecleurs milieux),toutes ont en communun besoind’outil aptesà suivre les évolutions de ces systèmes complexes. La géospatialisation des données et leur exploitation dynamique, le ca- ractère multi scalaire des études et donc des données produites, l’interopérabilité des données pour aborder l’interprétation des phénomènes complexes sont aussi des traits communs aux différents dispositifs d’observation de l’INEE. Toutes ces spécificités partagées mettent en perspective une ré- flexion à construire sur l’observation en écologie globale. Les bases de données A des degrés très divers,toutesles communautésexpriment un très fort besoinen basesde données. Celles-ci concernent autant des méta-bases thématiques que spécifiques. Elles sont, pour une large part, issues des dispositifs d’observations et de l’exploitation des données qui y sont produites. Ce besoinde la recherche polaire pourrait même être considéré comme prototype des systèmes com- plexes à construire dans la réflexion actuellement en cours à l’INEE. Les financements des doctorants et post-doctorants La modification des circuits traditionnels et les contraintes qui pèsent aujourd’hui sur un financement de la rechercheen pleine mutation ont raréfié les soutiens à la recherche doctorante. Dans le contexte polaire plus encore qu’ailleurs, eu égard aux difficultés d’accès et de travail inhérentes aux milieux, la couverture de ces besoins apparaît essentielle tant pour le développement actuel de la recherche et sa bonne dynamique que pour l’avenir de la communauté des chercheurs dans les domainespolaires. Spécificité des ingénieurs de terrain Les caractéristiques de la recherche développée par la communauté INEE et la diversité de ses champs d’applicationnécessitent d’importants développements instrumentaux et analytiques. Ils se déclinent en moyens de suivis (loggers),de robotique (en terrestre et marin), avec un accent fort sur la miniaturisation, la récupération des informations à distance, les analyses des données géolocali- sées et de leurs dynamiques et enfin la conception de modèles adaptés. Pour ce faire, les très étroites interactions qui existent entre la communauté scientifique de l’INEE et celles des SPI, des informaticiens, mathématiciens et statisticiens doivent être approfondies. Afin d’atteindre au mieux ces objectifs il paraîtrait très opportun de pouvoir disposer d’un corps spé- cifique d’ingénieurset techniciens apte à cette intégration. 59


inee-prospective-recherches-polaires
To see the actual publication please follow the link above