Page 7

inee-prospective-recherches-polaires

t c e p s o r P sive e i l s e h r o INTRODUCTION c e h c e r p Tocéalnq/imparenentrr n rat20otsvnhreiees quecssonamxlignttgiéessiiqneàq6EcMRgeamamdévie’eNre--reEepEipIdlldoeBsdexRuePUm,teirmgooolhr’olpUe9’ul2ssntanuodetlcspearmreéuaniei’insueiutqtneosesuéitqivifsa--/aullomvrlcéè’ilopeoi,tpcmemjoocspelseeedtuèospemlaèncedralopgsuseedensuuqoiiott 100 années à venir montrent une hypersensibi- cherche en Antarctique, 10 en subantarctique et lité des environnements polaires au changement 12 programmes en Arctique, dont 5 dans les global. Les dernières avancées scientifiques sciences humaines et sociales. Nombre de ces montrent aussi que les pôles ne sont plus seu- projets ont été intégrés aux actions de l’API lement les témoins lointains du réchauffement comme le programme CEAMARC, contributeur du climatique mais de véritablesacteurs participant projetinternatonalCensusof Antarctic Marine Life, à la disharmonie climatique qui pèse déjà sur les le plus gros projet concernant la biodiversitéma- écosystèmes. Cette évolution du climat et ses rine à l’échelle de l’Océan austral de ces dernières conséquences sur les biodiversités et les socié- années. On peut citer également le projet« Aliens tés humaines suscitent des questionnements in Antarctica » qui a mis en évidence le danger que scientifiques et donnent aux recherches polaires constituent les introductions accidentelles d’es- une importance toute particulière. pèces en Antarctique, dans un contexte de ré- chauffement global qui fragilise la biodiversité Les équipes françaises travaillant sur les sta- locale, ou bien encore la Zone Atelier sur l’Envi- tions antarctiques, subantarctiques et arctiques ronnement Antarctique et Subantarctique qui joue sont internationalement reconnues1. Au plan in- un rôle très important dans le développement de ternational, la France occupe la 7ème place pour les la recherche française et sa visi ili é internationale recherches qui concernent l’Arctique et la 5ème dans ces régions. place pour celles qui concernent l’Antarctique. Si l’on considère uniquement le subantarctique, Cette mobilisation pluridisciplinaire reflète le be- la France occupe la première place. Ce rôle de soin de connaissances, tant sur les mécanismes leader notamment en sciences de la vie est di- à l’oeuvre dans les écosystèmes polaires que sur rectement lié à une activité d’observatoires inin- l’état et les dynamiques du vivant,dans le contexte terrompue depuis plus de 50 ans. actuel du changement global. Parmi les disciplines étudiées, la biologie, l’éco- C’est dans cette réflexion que s’inscrit l’exer- logie et les sciences de l’environnement occu- cice de prospectives présenté dans ce docu- pent une large part des recherches antarctiques ment, exercice collaboratif pour lequel ont été (40 %) et arctiques (39%) à laquelle il faut ajou- sollicités les acteurs des différents champs ter les Sciences humaines et sociales (4 %), en scientifiques impliqués dans le suivi et la com- nette progression depuis l’API. préhension du Vivant, Hommes et Biodiversité La forte participation des communautés scienti- de l’INEE, afin de définir quelles sont au- 1 - Une analyse bibliométrique de la littérature scientifique polaire internationale depuis 2007, début de l’Année Polaire Interna- tionale (API), jusqu’à fin 2010, montre l’évolution de l’orientation des recherches et répertorie 18741 références, tous domaines confondus,réparties de manière prédominante sur l’Arctique (13238 références),Masquili r M.-L.,Nouvelle étude bibliométrique de la littérature scientifique sur la recherche polaire, INIST-CNRS, 28/07/2010, http://recherchespolaires.veille.inist.fr/ spip.php?article576> 5 PROSPECTIVE DE L’INSTITUT ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT DU CNRS


inee-prospective-recherches-polaires
To see the actual publication please follow the link above