Page 9

inee-prospective-recherches-polaires

t c e p s o r P sive e i DANS LES REGIONS POLAIRES ? c e h c e r pTs e h r oNEMEElNHNCORREIHVCNEERTEENEIUGIOOLUOQCRÉUONPE Les milieux polaires se caractérisent par des conditions climatiques particulières et extrêmes avec des modalités de changements temporel et spatial spécifiques qui en font des zones de rup- ture ou de front. L’une des causes majeures de ces particularismes est la limite physique de la congélation de l’eau et les conséquences qu’elle peut avoir sur les caractéristiques géomorpho- logiques des territoires et leur évolution, sur les biodiversités animales et végétales, sur l’homme et ses sociétés. Or, le réchauffement climatique affecte avec ampleur la plupart des secteurs po- laires. En touchant directement au facteur essentiel de l’organisation des milieux et de leurs dy- namiques, la glace, il conduit à des modifications profondes,brutales et décisives de leur devenir. Quels sont les enjeux actuels et futurs, pour l’écologie, la biodiversité et les interactionshommes- milieux dans ces zones ? Telles sont les questions qui sont aujourd’hui posées à notre commu- nauté scientifique et auxquelles le présent document s’attache. ARCTIQUE - ANTARCTIQUE, UNE RECHERCHE ADAPTÉE À LEURS PARTICULARITÉS L’Arctique est un océan entouré de continents moderne et à la période contemporaine par des qu’occupent des populations humaines, l’An- activités industrielles importées des zones mé- tarctique, un continent sans population humaine ridionales des états riverains, voire d’étatsne re- permanente et entouré d’océans. La distribution levant pas de la zone arctique. Sur les continents des mers et des terres implique une circulation qui entourent l’Arctique vivent aujourd’hui, au atmosphérique et océanique spécifique à dessus du cercle polaire, quatre millions de per- chaque pôle, qui les individualise dans leurs mo- sonnes dont 10% d’autochtones, qui furent cer- dalités de réponse au changement climatique. tainement plus nombreux à certains moments L’Arctique, certes à des degrés divers selon les du passé, tandis qu’il n’y a que quelques milliers lieux, est significativement anthropisé depuis de personnes qui transitent plus ou moins lon- des millénaires alors que le Front Polaire, ou guement en Antarctique2. Ces deux zones sont Convergence Antarctique, isole un environne- soumises à une circulation humaine grandis- ment considéré encore comme peu perturbé par sante liée au tourisme et à la pêche. L’ouverture l’homme. du passage du nord-ouest et l’accès aux zones En Arctique, les activités humaines ont pendant minières en Arctique, l’augmentation du trafic longtemps été liées à la chasse et à la pêche, à maritime lié au tourisme antarctique constituent la domestication du renne et, plus récemment, des facteurs de perturbation (marées noires, au Groenland et en Sibérie par exemple, à des eaux de ballast, etc.) des écosystèmes conti- activités agro-pastorales. Ces activités coexis- nentaux et marins déjà touchés par l’évolution tent ou ont été remplacées à la fin de la période climatique et ses conséquences sur les milieux. 2 - Pendant l’année polaire internationale (2007-2008) ce sont 8270 scientifiquesou logisticiensdes Programmes Nationaux qui ont transité par l’Antarctique (données COMNAP) ; dans le même temps, plus de 40 000 touristes ont visité la Péninsule antarc- tique (données IAATO). 7


inee-prospective-recherches-polaires
To see the actual publication please follow the link above