Page 29

prospectivemer2013

27 II.2 Contenu scientifique II.2.1 Enquête “mer” : déclaration des unités L’enquête lancée en 2011 s’est achevée en 2012 ; les réponses des 47 unités ayant déclaré travailler peu ou prou en « marin » ont été analysées. • Domaines couverts – Sans surprise, l’effort porte plus sur le côtier que sur l’hauturier ou le profond : 96% des unités déclarant travailler en « marin » s’intéressent au côtier ; respectivement 40% et 32% pour l’hauturier et le profond3. Le pélagos est un peu plus abordé que le benthos (68% et 53%). • Echelles spatiales – Corrélativement à l’intérêt porté au côtier, l’échelle locale est traitée dans 87% des unités alors que le régional et le global recueillent des parts assez semblables de 68% et 62%. • Mode d’approche – La quasi totalité des équipes (94%) déclare pratiquer une approche fondée sur l’observation ou l’exploration. Elles ne sont plus que 70% et 64% à pratiquer une approche expérimentale ou modélisatrice. • Thématiques abordées – Tout champs confondus, la biodiversité réalise le meilleur score (94% des unités) ; viennent ensuite le changement climatique et l’anthropisation (64% chacun). Dans le champ de la biodiversité, les différentes approches recueillent des pourcentages similaires, d’environ 50% pour l’évolution, l’écophysiologie et la systématique à 60% pour les interactions entre espèces et écologie/ macroécologie. Dans le champ de l’anthropisation, les retours sont plus contrastés, de 19% pour l’aquaculture à 45% pour la pêche ; ils sont également nettement plus faibles puisque, quelle que soit la thématique, ce sont toujours moins de la moitié des équipes qui sont concernées (tableau). En résumé sur ce groupe de questions, l’investissement des équipes INEE est le plus lourd à l’échelle locale, en domaine côtier (tous les laboratoires y travaillent), à partir d’approches d’observation ou d’exploration (donc avec un ancrage terrain fort). Les questions abordées sont prioritairement écologiques au sens large, intégrant macroécologie, interactions entre organismes, réseaux trophiques et dans une moindre mesure anthropisation (pêche, contaminants). Le portrait robot d’une unité « mer » d’INEE pourrait donc se résumer ainsi : biodiversité côtière à l’échelle locale avec un ancrage terrain fort. BIODIVERSITE Systématique Evolution Interactions entre org. Ecologie Macroécologie Ecophysiologie Réseaux trophiques Scores 24 25 29 29 23 27 Pourcentages3 51% 53% 62% 62% 49% 57% ANTHROPISATION Pêche Aquaculture Contaminants Urbanisation Autre Scores 21 9 19 14 19 Pourcentages3 45% 19% 40% 30% 40% 3 - Les pourcentages donnés dans ce paragraphe font systématiquement référence aux 47 unités ayant déclaré travailler, ne serait-ce que partiellement, en marin. Comme chacune peut simultanément s’intéresser à plusieurs domaines, taxons… il est normal que les totaux puissent dépasser 100%.


prospectivemer2013
To see the actual publication please follow the link above