Page 13

JDC274

N° 274 I septembre-octobre 2013 Actualités | 13 physique i L’unité fondamentale du temps, la seconde, pourrait voir sa définition évoluer. Alors qu’elle est basée depuis 1967 sur la période d’oscillation de l’atome de césium, des chercheurs du laboratoire Systèmes de référence tempsespace ont démontré, dans Nature Communications, que leurs deux horloges optiques fonctionnant avec des atomes de strontium aboutissaient à une plus grande précision. biologie i Des chercheurs ont percé les secrets de fabrication des phlorotannins par les algues brunes marines. Ces antioxydants naturels suscitent l’intérêt pour la prévention et le traitement de nombreuses maladies, dont le cancer ou les maladies inflammatoires. Publiés par The Plant Cell, ces travaux de deux laboratoires liés au CNRS ont fait l’objet d’un brevet et devraient faciliter leur production. astronomie i Une équipe internationale a déterminé le mécanisme de formation d’une étoile 50 à 100 fois plus grosse que le Soleil, située à 11 000 annéeslumière de la Terre. Grâce aux relevés de l’observatoire Alma, elle a sondé le nuage moléculaire dans lequel cet astre est en train de naître. Ce travail a été publié dans Astronomy & Astrophysics. santé i Des scientifiques français ont identifié une enzyme, la kinase PDK1, impliquée dans l’accumulation, dans les neurones, des protéines caractéristiques des maladies à prions et de la maladie d’Alzheimer. Dans la revue Nature Medicine, ils précisent que le blocage pharmacologique de cette enzyme a un effet bénéfique contre ces pathologies. Plus d’actualités sur www2.cnrs.fr/presse/ Le delta du Nil sous haute pression Par vahé ter minassia n w Le changement climatique et l’homme finiront-ils par avoir raison du delta du Nil, cette vaste région de 50 millions d’habitants s’étalant entre Le Caire, Alexandrie et Port-Saïd ? C’est la question inquiétante que soulèvent les récents travaux d’une équipe franco-américaine1. Nick Marriner et ses collègues du Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement2, à Aix-en-Provence, se sont intéressés à l’histoire de cette gigantesque zone de dépôt d’ alluvions . Selon eux, sous l’effet cumulé d’une augmentation de l’impact de l’activité humaine et d’une diminution des quantités de sédiments apportés par le plus long fleuve du monde (plus de 6 500 kilomètres), le delta subit, depuis 4 000 ans, une érosion importante. Un constat qui révélerait sa grande vulnérabilité face à des aléas qui n’ont fait que croître au cours des dernières décennies. Depuis la construction du barrage d’Assouan, achevé en 1970, le delta du Nil est, pour les spécialistes, un objet constant de préoccupation. « À la hausse déjà constatée du niveau de la Méditerranée s’est ajoutée, avec l’édification du barrage, la chute des apports en alluvions dans le delta, explique Nick Marriner. Cela fait craindre une accélération de l’érosion et une disparition progressive des terres émergées. » Et cette érosion, provoquée à la fois par le climat et par l’homme, ne daterait pas d’hier. En utilisant les résultats d’une centaine de carottages de sédiments réalisés par des équipes internationales au cours de ces trente dernières années, et en les croisant, selon une méthode inédite pour un delta, avec d’autres données concernant le climat et l’archéologie, les chercheurs ont pu remonter le cours du temps jusqu’au début de l’édification du delta voilà 8 000 ans. D’après cette reconstitution, le delta du Nil aurait subi très tôt les effets d’un changement de régime climatique dans la région : le déplacement de la ceinture de pluies est-africaines vers les latitudes sud. Mais l’érosion prononcée n’aurait réellement commencé qu’il y a 4 000 ans. La baisse des précipitations se serait traduite par une diminution des quantités de sédiments transportés par certains affluents du fleuve, comme le Nil bleu, et par une augmentation de la population du delta, forcée de fuir devant l’assèchement du Sahara. Changement climatique et pression humaine, ces plaies de l’Égypte perdurent depuis l’Antiquité… 1. Publiés en ligne dans Plos One le 29 juillet 2013. 2. Unité CNRS/Aix-Marseille Université/IRD. Environnement Contact : Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement, Aix-en-Provence Nick Marriner > marriner@cerege.fr aluvions. Dépôts de sable, vase, limon, graviers, etc., transportés par l’eau courante. 01 Le Nil, le plus long fleuve du monde avec l’Amazone. 02 Dépôt de sels dans une petite dépression au sein du cordon littoral, à l’est de Rashid. Rashid Assouan 02 01 © C. FLAUX © J. Desclo itres , MODIS Land Rap id Response Tea m, NASA/GSF


JDC274
To see the actual publication please follow the link above