Le CNRS, pilote de programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR)

Les programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR) visent à construire ou consolider un leadership français dans des domaines scientifiques liés à une transformation technologique, économique, sociétale, sanitaire ou environnementale et considérés comme prioritaires au niveau national ou européen.

Les PEPR, financés sur un montant cible de 3 Md€, existent sous deux formes : les PEPR de stratégie d’accélération nationale et les PEPR exploratoires. Ces programmes font partie du volet « dirigé » de France 2030, dit « Financement des investissement stratégiques ». Le CNRS est le pilote d’une majorité d’entre eux.

Les PEPR de stratégie d’accélération nationale

Les stratégies nationales d’accélération accompagnent des transformations déjà engagées avec des produits, services, usages et acteurs bien identifiés. Ces stratégies ont été élaborées par l'Etat pour accélérer ces transformations au plan national, de façon globale et coordonnée (en termes normatif, financier, fiscal, etc.).

C’est à la suite des travaux d’un collège d'experts, représentants des mondes industriel et scientifique, dont le PDG du CNRS, Antoine Petit, a fait partie, que le Conseil interministériel de l'innovation a identifié une quinzaine de marchés-clés dont le développement devait être accéléré et massivement financé, parmi lesquels: Santé, Agriculture et Alimentation, Numérique, Culture, Education, Mobilité, Développement durable.

Les stratégies d’investissement prioritaires répondent à des enjeux environnementaux, économiques, de souveraineté nationale ou d’indépendance technologique. Elles couvrent l’ensemble du cycle de vie d'une innovation, de l'émergence d'une idée dans un laboratoire de recherche ou une université jusqu'à la mise sur le marché, en passant par les formations universitaires nécessaires pour nourrir les scientifiques et entrepreneurs de demain, ou encore les indispensables projets collaboratifs entre laboratoires et entreprises.

Adossé a une stratégie nationale, le PEPR doit ainsi permettre la levée de barrières ou de verrous scientifiques liés à cette stratégie.

L'enveloppe globale prévue pour ces PEPR est de 2 Md€. Par lettre de mission, l’État fixe l'enveloppe budgétaire allouée au PEPR et désigne les institutions pilotes en charge de sa mise en oeuvre. Le programme est ensuite décliné concrètement dans un document de cadrage rédigé par le ou les pilotes. Au total une vingtaine de PEPR de stratégie d’accélération ont été identifiés, dont une douzaine pilotés ou co-pilotés par le CNRS.

Les PEPR exploratoires

Ces PEPR sont conçus pour des transformations émergentes, qui en sont donc à leurs débuts où leurs prémices. L’État décide ici d’accompagner et de soutenir l’exploration du potentiel de ce type de transformation au travers d'un PEPR exploratoire ; celui-ci doit ainsi permettre la conduite d’une politique scientifique sur des domaines d’intérêts national et européen, aux retombées pouvant être multiples.

L'enveloppe globale prévue pour ces PEPR est de 1 Md€. Les PEPR Exploratoires sont sélectionnés par appel à programmes, les propositions étant évaluées par un jury international. Sur la base de l'avis du jury, l’État désigne les programmes lauréats à financer. Le dossier scientifique de candidature à l’appel à programme deviendra alors le document de cadrage du PEPR. Ce dossier en précise les pilotes et le budget, celui ci pouvant faire l'objet d'arbitrage

Les programmes prioritaires de recherche, précurseurs des PEPR

Les programmes prioritaires de recherche sont les précurseurs des PEPR. Financés dans le cadre du programme investissements d’avenir (PIA3), l'action « Programmes prioritaires de recherche » visait à construire ou consolider des leaderships français de recherche.

Comment les PEPR sont-ils financés ?

Au sein de chaque programme, qu’il s’agisse d’un PEPR accélération ou exploratoire, la déclinaison opérationnelle se fait par projet :

  • Les projets ciblés, déjà matures lors du cadrage du PEPR, sont contratualisés entre un établissement coordinateur, responsable du projet, et l’ANR.
  • Les projets sélectionnés par appel ouvert à toute la communauté scientifique : l’ANR lance des appels à projets (AAP) ou des appels à manifestation d’intérêt (AMI) sur la thématique du programme.

Le CNRS pilote ou copilote de 7 PEPR d’accélération

Hydrogène décarboné, supercalculateur, quantique, ville durable, enseignement et numérique, recyclage
  • Le PEPR d’accélération Hydrogène décarboné couvre les problématiques de production, stockage, transport, utilisation pour la mobilité lourde de l’hydrogène décarboné et le déploiement des systèmes hydrogène à travers des analyses de cycle de vie, des études technico-socio-économiques et des aspects sécurité. 
  • Le PEPR d’accélération Cybersécurité a pour vocation de soutenir la recherche amont en cybersécurité en explorant de nouvelles voies pouvant conduire à des innovations de rupture, dans le but de soutenir et développer la filière française.
  • Le PEPR d’accélération Intelligence artificielle est synchronisé avec le Plan coordonné européen pour le développement et l’utilisation d’une intelligence artificielle « made in Europe », aux priorités communes, notamment pour le développement d’IA embarquée ou l’utilisation de l’IA pour accélérer la transition écologique.
  • Le PEPR d’accélération Technologies quantiques vise à permettre à la France et à l’Europe de disposer de ses propres solutions pour garantir leur indépendance dans ce domaine clé.
  • Le PEPR d’accélération Solutions pour la ville durable et innovations territoriales vise à refonder le développement urbain autour des quatre défis que sont la sobriété, la résilience, l’inclusion et la production urbaine
  • Le PEPR d’accélération Recyclabilité, recyclage et réincorporation des matériaux recyclés a pour objectif de de relever un certain nombre de défis écologiques, économiques et technologiques nécessaires à la transition vers une économie circulaire, compétitive et respectueuse de l’environnement.
  • Le PEPR d’accélération Enseignement et numérique doit permettre de dynamiser et de structurer le secteur numérique éducatif, en développant des marchés viables, en particulier avec le secteur public, et en soutenant des acteurs nationaux de grande taille. 

Pour en savoir plus

Le CNRS pilote ou co-pilote de 17 PEPR exploratoires

Carbone et écosystèmes, solution aqueuse, stockage sur ADN, lumière, matériaux et IA, robot
  • Le PEPR exploratoire « FairCarbon » s’intéresse au cycle du carbone, afin d’identifier des leviers – écologiques, agronomiques, socio-économiques – et scénarios de trajectoires pour atteindre la neutralité carbone et restaurer les ressources naturelles dans les écosystèmes continentaux. 
  • Le PEPR exploratoire « MoleculArXiv » est dédié au stockage de données massives sur ADN et polymères artificiels et vise à inventer de nouveaux dispositifs de stockage de données sur support moléculaire, à la fois ADN et polymères artificiels. 
  • Le PEPR exploratoire « OneWater » a vocation à mettre les recherches sur les ressources en eau au cœur de la transition durable des territoires.
  • Le PEPR exploratoire « Diademe » vise à accélérer la conception et l’arrivée sur le marché de matériaux plus performants et plus durables, notamment grâce à l’intelligence artificielle.
  • Le PEPR exploratoire O2R propose de mettre en œuvre une robotique socialement adaptée, dans ses principes, son comportement, ses performances et ses usages, et ouverte à la complexité des enjeux de la société.
  • Le PEPR exploratoire ATLASea propose de déchiffrer et d’exploiter le génome de chaque organisme, en se focalisant sur la Zone Économique Exclusive (ZEE) française, en métropole et sur quatre territoires ultramarins.
  • Le PEPR exploratoire Solu-Bio vise à favoriser le développement des solutions basées sur la nature (NbS) en tant que réponses transformatrices, basées sur le potentiel de la nature, face aux changements environnementaux.
  • Le PEPR exploratoire Spin vise à accompagner un nouveau cycle d’innovations prenant en compte la frugalité comme critère de performance essentiel, au même titre que la puissance de calcul, la rapidité, la miniaturisation et le coût.
  • Le PEPR exploratoire Irima a pour objectif de formaliser une « science du risque » pour contribuer à l’élaboration d’une nouvelle stratégie de gestion des risques et des catastrophes et de leur impact dans le contexte de changements globaux, anthropiques et climatiques.
  • Le PEPR exploratoire Origins se focalise sur la levée de verrous scientifiques suivant les cinq axes que sont la détection et caractérisation d’exoplanètes par imagerie directe, l’analyse d’échantillons spatiaux, avec ou sans risques biologiques, l’étude de la Terre dans sa globalité comme planète habitable, l’expérimentation de laboratoire en exobiologie et la bio-analyse d’échantillons de la Terre ou Mars anciens et la modélisation numérique et l’analyse de données.
  • Le PEPR exploratoire Luma vise à étudier, comprendre et développer la lumière comme moyen d’explorer et de contrôler les systèmes physico-chimiques et biologiques, aux interfaces entre la physique, la chimie, l’ingénierie et les sciences de la vie, de la santé et des sciences de l’environnement et du climat.
  • Le PEPR exploratoire Sous-sol a pour objectifs la définition des conditions d’utilisation responsable et durable du sous-sol en fonction des différents scénarios d’évolution économique, énergétique et technologique, en prenant en compte les trajectoires socio-techniques, la mise en place d’un cadre visant à limiter les conflits et les impacts, à définir les stratégies d’étude et de conservation des archives contenues dans le sous-sol, à créer les conditions d’un dialogue et d’arbitrage autour des activités liées au sous-sol et à soutenir les actions de protection-valorisation du sous-sol, considéré comme patrimoine commun et la structuration d’une large communauté de chercheurs en sciences de la Terre et de l’environnement, en sciences sociales, environnementales, économiques et juridiques et d’une communauté encore plus large impliquant, autour de ces enjeux, citoyens, décideurs et industriels.
  • Le PEPR exploratoire Propsy ambitionne d'apporter des solutions pour déployer une médecine de précision en psychiatrie.
  • Le PEPR exploratoire Traccs vise à transformer les méthodes de modélisation du climat en améliorant connaissances et outils concernant les impacts et les risques pour développer les services dans le domaine climatique et répondre aux attentes sociétales.
  • Le PEPR exploratoire Bridges a pour objectif de conforter l'image et la souveraineté de la France dans le sud-ouest de l’océan Indien et de renforcer le dialogue multilatéral régional.
  • Le PEPR exploratoire Ensemble (Futur de la collaboration numérique) a pour objectif de redéfinir en profondeur les outils collaboratifs numériques.
  • Le PEPR exploratoire Numpex (Numérique pour l’Exascale) a pour objectif de concevoir et développer les briques logicielles qui équiperont les futures "machines exascales" et de préparer les grands domaines applicatifs visant à exploiter pleinement les capacités de ces machines, aussi bien pour la recherche scientifique que le secteur industriel.

Pour en savoir plus

Le CNRS pilote ou co-pilote de 3 PPR

Autonomie, sport, océan et climat
  • Le PPR Autonomie a pour objectif de mobiliser tous les secteurs disciplinaires, les connaissances, dispositifs et outils existants pouvant faciliter l’autonomie des personnes, qu’elles soient concernées par le vieillissement ou une situation de handicap, et de concevoir des développements scientifiques pensés avec et pour les populations concernées. 
  • Le PPR Sport vise à financer des projets de recherche dans le domaine de la performance sportive
  • Le PPR Océan et climat est destiné à structurer les forces de recherche françaises pour mieux connaître cet écosystème et mieux le protéger autour de sept grands défis : prévoir les impacts du changement climatique en outre-mer, intensifier les recherches dans les océans polaires, améliorer la protection et la résilience des milieux marins, exploiter durablement les ressources de l’Océan, caractériser les facteurs de stress environnementaux en milieu marin, développer des programmes d’observation et de modélisation innovants et partager avec le grand public ces découvertes. 

Pour en savoir plus