Des restes textiles de plus de 4000 ans révèlent l’origine de leur préservation

Archéologie
Chimie
Physique

Une équipe française impliquant notamment des scientifiques de l’Université Paris-Saclay, du CNRS, de l’ENS Paris-Saclay et de l’UVSQ révèle le mécanisme à l’origine de l’exceptionnelle préservation de vestiges textiles provenant de sites majeurs de l’Orient ancien et datant de plus de 4000 ans. Il s’agit des plus anciens vestiges textiles jamais étudiés par des méthodes analytiques avancées. Ces travaux sont publiés dans la revue PNAS de l’académie des sciences des États-Unis.

Bibliographie

In-place molecular preservation of cellulose in 5,000-year-old archaeological textiles
Corentin Reynaud, Mathieu Thoury, Alexandre Dazzi, Gaël Latour, Mario Scheel, Jiayi Li, Ariane Thomas, Christophe Moulhérat, Aurore Didier, and Loïc Bertrand
PNAS 18 août 2020 (publié pour la première fois le 3 août 2020)
https://doi.org/10.1073/pnas.2004139117

Contact

Loïc Bertrand
Contact scientifique
Gaëlle Degrez
Presse Université Paris-Saclay
CNRS - Bureau de Presse