CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Stratégie

Le programme de prématuration du CNRS

Depuis 2014, le CNRS a mis en place ce dispositif pour détecter et soutenir les projets de recherche porteurs des innovations les plus prometteuses.

illustration

Le lien étroit que le CNRS tisse entre ses missions de recherche et de valorisation en fait un acteur clé de l’innovation en France et dans le monde. C’est dans ce cadre qu’un dispositif de prématuration, opéré par CNRS Innovation, a été mis en place dès 2014 dans le but de détecter et de soutenir les projets de recherche porteurs des innovations les plus prometteuses. La prématuration est la première étape du processus de transfert d’une technologie. En partant de l’observation du principe de base d’une idée innovante, on développe le concept de la technologie ou de son application, et on en fournit la démonstration expérimentale. Les travaux de la prématuration permettent ainsi de valider une preuve de concept, d’optimiser une technologie pour une application ciblée, d’établir ou de renforcer la stratégie de propriété intellectuelle.

Depuis la création du programme de prématuration du CNRS, 86 projets ont été clôturés, au 1er janvier 2021 :

  • 42 projets ont fait l’objet transfert vers le monde socio-économique ;
    • 28 ont mené à la création d’une start-up ;
    • 10 ont été transféré à un industriel ;
    • 4 ont mené à la création d’une plateforme ;
  • 17 projets poursuivent encore leur développement technologique ;
  • 27 n’ont pas abouti, dont 14 pour cause d’échec technique.

Par ailleurs, 25 ont bénéficié d’une maturation SATT

 

Une équipe de professionnels dédiée à la sélection et à l’accompagnement des projets

L’équipe Projets est dédiée à l’accompagnement des chercheurs dans le montage de leur projet. Elle les accompagne en accord avec leurs besoins, coordonne les différents acteurs impliqués et prépare la stratégie de valorisation. Elle est composée de 10 collaborateurs, dont la plupart détiennent un PhD, ce qui leur permet de couvrir les spécialités du CNRS.

Le Comité de Pilotage, qui regroupe des expertises pluridisciplinaires, sélectionne les projets. Il est composé de profils variés, allant d’entrepreneurs à des investisseurs en passant par des industriels, ce qui lui permet d’apporter des regards différents sur chaque innovation.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un processus interne structuré

Le CNRS a structuré une démarche nationale significative de financement de la prématuration, couvrant l’ensemble des étapes de cette action : sensibilisation, détection, analyse des projets, sélection par un comité d’experts externes, accompagnement à la réalisation des projets. Cela requiert une expérience forte de la relation aux chercheurs, de même qu’un accompagnement très personnalisé dans cette démarche.

 

 

 

 

 

Le programme de prématuration du CNRS a financé, en 2020, 58 projets innovants sélectionnés au cours de 16 réunions de Comité de Pilotage. Plus de 7 millions d’euros ont été investis dans ce programme sur l’année, un chiffre en hausse constante depuis sa création. Les 58 projets sélectionnés en 2020, appartenant à des domaines variés allant des sciences physiques jusqu’aux sciences humaines et sociales, ont bénéficié d’un soutien financier et d’un accompagnement personnalisé. À l’image du CNRS, ces projets sont répartis sur tout le territoire français. Ils reflètent la richesse et la variété des recherches conduites dans ses 1100 unités de recherches partout en France.


Répartition des projets financés par domaine d’application et par région

 

 

 

 

 

 

Ces résultats renforcent la volonté du CNRS de mettre l’accent sur la prématuration, qui représente une brique essentielle dans le processus de transfert de technologie. Le budget du programme a quadruplé ces 5 dernières années, témoignant de l’intérêt du CNRS pour la valorisation au service du développement socio-économique des projets de recherche conduits dans les laboratoires dont il assure une cotutelle.

 

Pour en savoir plus sur les projets de prématuration du CNRS