CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Partenariats

Le CNRS signe trois nouveaux accords-cadres avec de grandes entreprises

Des accords de partenariats de recherche pluriannuels ont été signés avec Naval Group, Facebook et Orano.

illustration

Pour faciliter et accélérer la mise en place de projets de recherche communs entre les laboratoires et les grands groupes industriels, le CNRS signe des accords-cadres qui offrent le socle aux futures collaborations scientifiques. Il s’agit de conventions qui définissent le périmètre scientifique de la coopération, les méthodes de travail, les règles de collaboration de recherche ou de prestation de services, la structure de suivi de la coopération (conseil d’orientation, comité de pilotage, comité de valorisation), les règles de répartition de la propriété intellectuelle, les règles d’exploitation, de publication et de confidentialité des résultats issus de ces collaborations.

Depuis janvier 2021, l’établissement a signé trois nouveaux accords-cadres avec des grands groupes :

Naval Group

Depuis 2013, Naval Group et les laboratoires du CNRS ont conclu 57 contrats de collaboration et crée quatre laboratoires communs :

  • Le Laboratoire de traitement de l’information sous-marine (LTISM), avec l’Institut matériaux microélectronique nanosciences de Provence1 ;
  • Le laboratoire Gustave Zédé, porté par l’Ensta Bretagne, avec l’Institut de recherche Henri Dupuy de Lôm2, dans le domaine de l’intégrité en service des matériaux et structures navales ;
  • Le laboratoire Systèmes embarqués navals intelligents (Seni), avec le Laboratoire des sciences et techniques de l'information, de la communication et de la connaissance3 ;
  • L'International research laboratory Crossing, créé par le CNRS, trois grandes universités australiennes, IMT Atlantique et Naval Group, pour améliorer la collaboration entre humains et intelligences artificielles.

L'accord de partenariat structurant signé, pour une durée de quatre ans, permettra d’établir de nouveaux projets de recherche communs dans de très nombreux domaines stratégiques tels les matériaux, les interactions onde-matière, la mécanique des fluides ou l’énergie. Les premiers projets de collaboration porteront notamment sur la maîtrise de la complexité des systèmes numériques et sur l'acoustique navale, dans le but de renforcer encore cet axe d’excellence pour le naval de défense.

 

Facebook

En 2015, Facebook a ouvert à Paris un laboratoire de recherche en intelligence artificielle, Facebook artificial intelligence research (FAIR), dont la mission est d’effectuer de la recherche en mode ouvert, en connexion étroite avec la communauté de recherche française en informatique et intelligence artificielle. Depuis 2016, les laboratoires du CNRS et de ses partenaires ont conclu une vingtaine de contrats de thèses avec FAIR.

Dans le cadre de l'accord récemment signé, de nouvelles collaborations seront lancées, portant par exemple sur la vision artificielle, le traitement du langage naturel et les modèles d’apprentissage. Les doctorants CIFRE contribuent à l’identification des verrous théoriques sous le double encadrement de chercheurs CNRS et de chercheurs FAIR et développent les prototypes au sein du laboratoire de l'entreprise.

 

Orano

La collaboration entre Orano4 et le CNRS est concrétisée par une douzaine de contrats de collaboration de recherche par an. De par la diversité de leurs activités notamment en géologie, chimie et radiochimie, et la variété des applications liées aux radionucléides, Orano et le CNRS ont souhaité renforcer leur collaboration et établir un accord-cadre.

Plus de la moitié des contrats sont passés avec les laboratoires dépendants de l’Institut de chimie du CNRS, 25 % avec l’Institut national des sciences de l'Univers du CNRS, puis avec l’Institut des sciences de l'ingénierie et des systèmes du CNRS, l’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules et l’Institut de physique du CNRS. Les relations avec l’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules sont historiquement très proches au travers de grands programmes comme Needs5. Un laboratoire commun avec l'Institut Michel Eugène Chevreul6 et une chaire industrielle avec le laboratoire GéoRessources7 sont en cours.

 

1CNRS/Aix-Marseille Université

2 CNRS/Ensta Bretagne/Université de Bretagne Occidentale/Université

Bretagne-Sud)

3 CNRS/ENI Brest/Ensta Bretagne/Université de Bretagne Occidentale /Université Bretagne-Sud/IMT Atlantique

4 Fondé en 2018 sur le périmètre des activités du cycle du combustible nucléaire d’AREVA, Orano valorise les matières nucléaires et propose des produits et services à forte valeur ajoutée sur l’ensemble du cycle, des matières premières au traitement des déchets, avec des activités allant de la mine au démantèlement, en passant par la conversion, l’enrichissement, le recyclage, la logistique et l’ingénierie

5 Needs est un programme de recherche multipartenaire porté par le CNRS avec l’Andra, le BRGM, le CEA, EDF, Framatome, l’IRSN et Orano. Needs vise à mobiliser une recherche académique sur les grandes questions scientifiques liées au nucléaire

6 L’Institut Michel-Eugène Chevreul est une fédération de recherche du CNRS qui regroupe quatre laboratoires de la région Hauts-de-France travaillant dans le domaine de la chimie et des matériaux

7 CNRS/Université de Lorraine