Accueil > Actualités

[Actualité scientifique] Une seule humanité, plusieurs origines africaines

par Laure Vayssettes - publié le

Dans un article publié le 25 Septembre 2019 dans Nature Ecology & Evolution, des chercheur.e.s [1] soutiennent que notre passé évolutif doit être compris comme le résultat de changements dynamiques dans la connectivité, ou les flux de gènes, entre des populations humaines anciennes dispersées sur l’ensemble du continent africain. Ils remettent en cause l’idée de berceau de l’humanité localisé dans une région particulière. Par ailleurs, ils notent que considérer les populations humaines passées comme une succession de branches discrètes sur un arbre évolutif sans considérer cette dynamique de connectivité peut être trompeur. Ces modèles d’arbres sont potentiellement illusoires car ils réduisent l’histoire évolutive humaine à une série de « temps de séparation » dont la signification est discutable.

Contact chercheur :
Lounès Chikhi, chercheur CNRS en génétique des populations - Laboratoire Évolution et diversité biologique (EDB – CNRS/Univ. Toulouse III Paul Sabatier/IRD)

Voir en ligne : Sur le site de l’institut écologie et environnement


[1Lounès Chikhi, directeur de recherche CNRS dans le laboratoire Évolution et diversité biologique (EDB – CNRS/Univ. Toulouse III Paul Sabatier/IRD), et responsable d’un groupe de recherche à l’Instituto Gulbenkian de Ciência, Mark Thomas, professeur de génétique à University College London et de l’archéologue Eleanor Scerri, de l’Institut Max Planck de Jena pour les sciences de l’homme.