Accueil > Actualités

[Alerte Presse] Faire face aux canicules (à Paris) sans climatisation ?

par Clément Blondel - publié le

Les canicules, qui vont devenir de plus en plus fréquentes et intenses, constituent une menace pour le bien-être et la santé des personnes. Pourra-t-on s’y adapter sans recourir massivement à la climatisation, qui par son importante consommation d’énergie peut mettre en péril nos efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre ? Dans le cas de l’Île-de-France, cela sera difficile, selon une équipe interdisciplinaire [1] composée notamment de scientifiques du Centre national de recherches météorologiques (CNRM, CNRS/Météo-France). Cependant, la végétalisation des villes, une meilleure isolation des bâtiments, la mise en place de toitures réfléchissantes, et un usage raisonné de la climatisation pourraient permettre de réduire presque de moitié la quantité d’énergie nécessaire à celle-ci, comme le montrent leurs résultats publiés le 2 juillet 2020 dans Environmental Research Letters.

Températures à 4h du matin, après 9 jours d’une canicule similaire à celle de l’été 2003. À gauche, sans climatisation ; à droite, avec climatisation et mesures d’adaptation : végétalisation, isolation thermique, surfaces réfléchissantes, sensibilisation à un usage raisonné de la climatisation.
© Vincent Viguié et al 2020
Impact des mesures d’adaptation (voir ci-dessus) sur la température nocturne lors d’une canicule. Ces mesures permettent d’abaisser la température de plusieurs degrés (jusqu’à 4,2 °C) par rapport à la climatisation seule.
© Vincent Viguié et al 2020

Contact chercheuse
Aude Lemonsu, chercheuse CNRS au Centre national de recherches météorologiques (CNRM, CNRS/Météo-France)


[1de l’École des Ponts ParisTech, du CNRS, de Météo-France et du CSTB