Accueil du site > Actualité de la recherche > Actualités scientifiques




Recherchez sur ce site


Rio 2018 : Portrait de conférencier

1er août 2018

Interview de Clément Mouhot, chargé de recherche au CNRS en détachement comme professeur à l’Université de Cambridge, conférencier dans la section Équations aux dérivées partielles.

Quel est votre domaine de recherche ?

Je travaille en analyse mathématique. C’est large, ma spécialité, c’est l’étude des EDP issues des théories physiques. C’est également connecté aux probabilités. Les images mentales et l’intuition proviennent à la fois de la physique et des structures mathématiques.

Qu’est-ce qui vous a amené à faire des mathématiques ?

Une combinaison de différents facteurs. Ce choix m’a paru clair assez tôt, pourtant je n’étais pas du tout "prodige", j’étais plutôt quelqu’un qui travaillait et lisait lentement à l’école, avec de la dyslexie. Même si j’avais de très bonnes notes en maths. La rigueur (savoir penser juste), la capacité à établir des vérités absolues, le plaisir esthétique qu’elles donnent m’ont séduit.

Qu’est-ce que vous aimez dans votre métier de mathématicien ?

Le plaisir quasiment enfantin de résoudre des énigmes en menant l’enquête pendant des mois ou même pendant des années. Le sentiment de participer à une aventure plus large que soi, et qui a du sens. J’aime aussi la pratique sociale des mathématiques, une communauté internationale motivée par quelque chose de plus élevé que l’argent, la carrière ou le nationalisme me plaisent. Je suis fasciné par le fait que les sciences se nourrissent des maths, ce qui leur donne une place de carrefour. Cela va plus loin que de simples applications (efficaces ou commercialisables), le penser juste des maths influence fortement les sciences, humaines notamment.

Qu’est-ce que ce congrès représente pour vous ?

De très bonnes choses : la réalisation en actes de l’internationalisme mathématiques, par delà les frontières de culture, de langues, de religion. Des choses moins bonnes : une évolution vers l’individualisme (prix), la mise en scène de la discipline en suivant les canons médiatiques et politiques. La visibilité des maths, c’est important, le congrès et les prix y contribuent, mais il y a sans doute d’autres moyens à explorer pour l’atteindre. Je n’ai pas d’idée arrêtée sur comment procéder, je lance cela comme un défi.

Clément Mouhot est chargé de recherche au CNRS en détachement comme professeur à l’Université de Cambridge. Il est membre du Department of Pure Mathematics and Mathematical Statistics.