CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Créations d'entreprise

OxiProteomics : mesurer l'état d'oxydation du protéome

Créée il y a moins de deux ans, la start-up OxiProteomics, issue du laboratoire Adaptation, biologique et vieillissement1, valorise la technologie brevetée2 Oxi-DIGE, qui associe visualisation et quantification de l'état d'oxydation du protéome ou de protéines spécifiques. Alors que le stress oxydatif et le vieillissement sont intimement liés, cette technologie laisse entrevoir de nombreuses applications, notamment pour l´évaluation de l'efficacité des produits dermo-cosmétiques.

illustration

Spécialisée dans le diagnostic du stress oxydatif d'échantillons biologiques, la start-up OxiProteomics entre dans une nouvelle phase de développement avec l'obtention de la licence d'exploitation de la technologie brevetée Oxi-DIGE (DIfferential Gel Electrophoresis).

Grâce à cette technologie, visualiser et quantifier l'état d'oxydation des protéines d'un échantillon (l'oxy-protéome), mais aussi de protéines spécifiques, est désormais possible. Cette approche, qui présente de profonds avantages par rapport à ses concurrentes, réunit quantification absolue des protéines oxydées, via une détection directe des résidus carbonylés par fluorescence, et identification de protéines spécifiques par des gels en deux dimensions.

L'oxydation des protéines est un des principaux contributeurs au vieillissement et ses maladies associées. Avec le temps, les protéines de l'organisme accumulent des modifications, notamment oxydatives, qui rendent leurs fonctions moins efficaces. C'est le cas pour les enzymes du métabolisme, les protéines impliquées dans les grandes fonctions cellulaires, ou les protéines de structure.

Premiers clients d'OxiProteomics, les industries cosmétiques ont rapidement compris l'intérêt d'évaluer l'efficacité de leurs produits et soins dermo-cosmétiques sur le vieillissement de la peau. De grands groupes de la cosmétique française sont devenus les « Early Adopters » des services innovants d´OxiProteomics, pour améliorer et accélérer le développement de produits cosmétiques plus performants.

OxiProteomics envisage d'autres applications de la technologie. En participant à des recherches sur des problèmes d'infertilité liés au stress oxydant3, l'équipe a démontré l'efficacité d'un traitement capable de réduire à la fois l'état d'oxydation des protéines et l'infertilité. Elle a également pris part à plusieurs études sur le vieillissement musculaire4 et la tumorigénèse5.

Le 15 octobre 2015, la start-up a reçu le Start-up Award lors de la première édition du salon international Cosmetic 360, moins d'un après sa création par Bertrand Friguet, directeur du laboratoire Adaptation, biologique et vieillissement, Martin Baraibar et Claude Hennion,

1 Laboratoire Adaptation, biologique et vieillissement (CNRS/UPMC/INSERM) de l’Institut de biologie Paris-Seine
2 Brevet déposé le 19 juin 2012 sous le numéro EP061749.
3 Avec le laboratoire de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (INSERM/INRA/CNAM/Université Paris 13).
4 Avec l'Institut de Myologie (Paris), le Venetian Institute of Molecular Medicine (Italie) et le Karolinska Institute (Suède).
5 Avec l'Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier (INSERM/Université de Montpellier).

 

Contacts :
Bertrand Friguet / Directeur du laboratoire Adaptation biologique et vieillissement / bertrand.friguet@upmc.fr
Martin Baraibar / Président de la société OxiProteomics / martin.baraibar@oxiproteomics.fr