CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Instituts Carnot

Télécom & Société numérique : un Institut Carnot tourné vers les sciences et technologies de l’information et de la communication

Télécom & Société numérique, labellisé Carnot depuis 2006, fait partie de la troisième vague de labellisations Carnot annoncées en juin 2016. Présentation et tour d’horizon des projets de l’Institut.

illustration

« Notre relation avec la recherche industrielle est une vieille histoire, elle s’inscrit dans l’ADN même des écoles Mines-Télécom », commence Christian Picory-Donné, directeur de Télécom & Société numérique. Labellisé Carnot1 depuis 2006, Télécom & Société numérique représente le premier Institut Carnot Sciences et technologies de l’information et de la communication (STIC) d’ampleur nationale.

Orienté vers la résolution des problématiques technologiques complexes induites par la transition numérique et la métamorphose énergétique, écologique et industrielle des entreprises, Télécom & Société numérique rassemble quelques-unes de plus prestigieuses grandes écoles d’ingénieur françaises : Télécom ParisTech, Télécom Bretagne, Télécom SudParis, Télécom Ecole de management, Eurecom (filiale de l’institut Mines-Télécom), Télécom Physique Strasbourg et Télécom Saint-Etienne (écoles associées de l’institut Mines-Télécom), Ecole Polytechnique, Strate Collège et Femto Engineering (porté par le laboratoire Femto-ST2). Il se concentre sur les implications techniques, économiques et sociales de la transition numérique, notamment les problématiques d’objets communicants, de réseaux et de médias du futur, d’usages et de services, d’autonomie et de santé des personnes, d’environnement ou encore de sécurité.

 « Un des points forts de notre Institut, c’est sa complémentarité de métiers : on y trouve à la fois des unités mixtes de recherche CNRS3, qui se positionnent sur des thématiques amont, et des écoles d’ingénieurs, dont les recherches sont davantage « orientées » par le marché et les entreprises, sans pour autant négliger l’amont. Un autre point fort, c’est la complémentarité Disciplines/Recherches, puisque toutes les disciplines nécessaires au traitement des questions numériques et leurs applications y sont représentées. On peut ainsi répondre à des demandes d’industriels s’étendant sur toute la chaîne de valeurs, des problématiques de composants à celles d’usages », continue Christian Picory-Donné.

Liées aux technologies de base (électronique, physique, micro-ondes, optique et composants, traitement des images et des signaux, communications numériques et analogiques, traitement de l’information, réseaux, informatique, sécurité, mathématiques appliquées, modélisation, sciences cognitives, automatique et robotique) ou à l’interface avec les problématiques de société, de design, de management et d’organisation, d’économie, de droit et de régulation, les disciplines abordées sont nombreuses et variées.

 

Des relations partenariales d’une grande diversité

Télécom & Société numérique rassemble aujourd’hui plus de 2000 chercheurs et comporte une cinquantaine de plateformes technologiques de R&D. Une dizaine d’entre elles, labellisées Carnot TSN, sont ouvertes directement aux industriels. Les marchés adressés concernent les réseaux et objets communicants, les services numériques pour le consommateur et le citoyen, l’intégration des STIC dans les organisations, la santé et l’autonomie des personnes, l’environnement, la sécurité de l’information et de la communication, le transport, la mobilité et la ville durable, les usages, les systèmes, l’ergonomie et la vie numérique, les médias, les contenus, la presse, l’édition.

L’Institut bénéficie d’un budget consolidé de recherche de 95 millions d’euros et les recettes partenariales industrielles s’élèvent à 52 millions d’euros. 3,8 millions d’euros proviennent de transferts de technologie. Parmi ses partenaires, Télécom & Société numérique compte des grandes entreprises (EADS, Orange, Google, Alcatel-Lucent, Thalès…), des PME (Teamcast, Turboconcept, Ubicast, Invoxia, Squid Solutions, Diwel…), des organismes (Cnes, CNRS, Inserm, IRCAD…), et des pôles de compétitivité (Systematic, Cap Digital, Solutions communicantes sécurisées, Images & réseaux, Transactions électroniques sécurisées, Alsace BioValley…). L’Institut comptabilise une cinquantaine de brevets déposés par an et une vingtaine de laboratoires communs sont actuellement engagés avec des industriels. « Soit ils prennent la forme d’un engagement financier à long terme, au-delà de cinq ans. Soit ils découlent d’une demande de l’industriel, qui vient externaliser chez nous ses recherches sur un sujet technologique et stratégique pour trois à cinq ans. »

Télécom & Société numérique accompagne la création d’une soixantaine de start-up par an et est également à l’origine de spin-off, dans lesquelles s’inscrivent les actifs de propriété industrielle et les compétences des personnels de l’Institut. Il en est ainsi de SCALINX : cette spin-off de Télécom ParisTech se spécialise dans la conception et la sécurité de composants et de circuits intégrés à signaux mixtes pour les marchés des télécoms et de l’industrie (défense, bancaire, informatique).

 

Une labellisation renouvelée, aux nombreuses retombées

« Grâce aux précédentes labellisations Carnot, les chercheurs se sont fortement connectés au monde industriel et à leurs demandes. C’est ainsi que nous avons rapidement pu nous positionner sur des recherches telles que le Big Data ou les applications numériques pour la Santé et l’autonomie », remarque Christian Picory-Donné. L’Institut s’est également mieux organisé au niveau de sa recherche partenariale : « le délai de contractualisation est aujourd’hui passé à un mois, contre six auparavant. » Sans compter les possibilités offertes par le réseau - « il devient plus facile de trouver les compétences au sein de l’Institut et du réseau des Carnot » - et l’effet de masse critique atteint par le regroupement de chercheurs, disciplines, compétences, qui « fiabilise la discussion avec les industriels. »

Pour l’heure, avec ce troisième renouvellement du label Carnot, Télécom & Société numérique entend bien continuer sur cette bonne lancée. « Il faut honorer nos engagements, car les demandes du cahier des charges de Carnot 3 sont fortes », commente Christian Picory-Donné. L’Institut va également chercher à développer ses actions à l’international. « Les clients sont de moins en moins franco-français, les marchés sont désormais mondiaux. Il faut être “up to date” au niveau de l’état de l’art. » Pour cela, l’Institut s’appuiera notamment sur ses plateformes technologiques de service, labellisées TSN : Espace Arago (cluster optique, photonique et optoélectronique), TeraLab (plateforme Big Data de R&I fiable et sécurisée), OpenAirInterface (R&D et prototypage rapide), Sertit (plateforme de R&D/services dédiée à la production d’information géographique), Shell (Living Labs santé, autonomie et qualité de vie), Europ (Echanges et usages pour les réseaux opérateur), et OSE (plateforme d’observation et de surveillance de l’environnement). « Elles seront nos ambassadrices territoriales et à l’international », conclut Christian Picory-Donné.

 

1 Le label Carnot, créé en 2006, est un label d'excellence décerné par le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, à des établissements de recherche en France. Destiné à favoriser la recherche partenariale publique/privée, à accélérer le passage de la recherche à l'innovation et à accroître le transfert de technologies vers les acteurs économiques, ce dispositif Carnot s'inspire du modèle des Instituts Fraunhofer allemands.

2 FEMTO-ST : Laboratoire  Franche-Comté Electronique Mécanique Thermique et Optique - Sciences et Technologies (CNRS/Université Franche-Comté/Université technologique Belfort-Montbéliard/Ecole nationale supérieure de mécanique et microtechniques).

3 Trois unités mixtes de recherche du CNRS sont actuellement impliquées dans l’Institut Carnot Télécom & Société numérique : Laboratoire des sciences de l'Ingénieur, de l'Informatique et de l'Imagerie (CNRS/Université de Strasbourg/INSA Strasbourg/Ecole nationale du génie de l’eau et de l’environnement de Strasbourg), Laboratoire d'Informatique de l'Ecole Polytechnique (CNRS/Ecole Polytechnique), Centre de mathématiques appliquées (CNRS/Ecole Polytechnique).

 

Article rédigé par Véronique Meder.

 

Contacts :

Christian Picory-Donné / Directeur Institut Carnot Télécom & Société numérique / carnottelecom@mines-telecom.fr

Laurence Musset / Direction de l’innovation et des relations avec les entreprises du CNRS / laurence.musset@cnrs-dir.fr