CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Start-up

Medsenic : de l’arsenic contre les maladies auto-immunes

Grace à une licence exclusive sur une famille de brevets CNRS, Medsenic développe un médicament à base de trioxyde d’arsenic pour le traitement de maladies auto-immunes, telles que le lupus érythémateux systémique sévère et la maladie chronique du greffon contre l’hôte (cGvHD). En 2016, cette société biopharmaceutique a obtenu l’accord pour le lancement d’une nouvelle campagne d’essais cliniques contre la cGvHD et le statut de médicament orphelin pour le trioxyde d’arsenic. Elle a aussi accueilli de nouveaux investisseurs dans son capital, dont FIST SA, la filiale nationale de valorisation du CNRS.

illustration

Fondée en octobre 2010 par Véronique Pomi-Schneiter  et François Rieger (ancien directeur de recherche au CNRS), Medsenic est une société biopharmaceutique dédiée aux traitements de maladies auto-immunes systémiques à partir de dérivés d’arsenic. Elle valorise des travaux réalisés au sein du Laboratoire de Génétique moléculaire et intégration des fonctions cellulaires1 et de l’Institut Jacques Monod2, et bénéficie depuis 2011 d’une licence exclusive sur une famille de brevets3 en copropriété CNRS/Université Paris Diderot.

Medsenic a procédé, en mars 2016, à une nouvelle levée de fonds auprès de deux acteurs de l’investissement, Cap Innov’Est et Fa Dièse. Le CNRS, à travers sa filiale nationale de valorisation FIST SA, est également entré au capital de la société. « Medsenic était arrivée à un stade de développement intermédiaire nécessitant de lourds investissements, commente Albane Le Chevalier, directrice du suivi des contrats et des participations chez FIST SA. Certains montants exigibles ont été convertis en parts de capital, afin de permettre à la société de consacrer sa trésorerie disponible aux développements cliniques de son médicament. »

Le médicament développé par Medsenic s’appuie sur les propriétés du trioxyde d’arsenic, un composé innovant déjà utilisé contre certaines leucémies. Son mode d’action semble résider dans l’activation d’un mécanisme de stress oxydant induisant la mort cellulaire programmée des cellules pathogènes. Medsenic cible le lupus érythémateux systémique sévère et prioritairement la maladie chronique du greffon contre l’hôte (cGvHD). Pour l’heure, il n’existe aucun traitement spécifique décisif contre la plupart des pathologies auto-immunes, et l’approche thérapeutique symptomatique habituelle engendre de nombreux effets secondaires (cataractes, troubles du sommeil, troubles hormonaux, ostéoporose, obésité, diabète, etc.)

Les nouvelles expérimentations précliniques réalisées par Medsenic ont prouvé l’efficacité du trioxyde d’arsenic sur les maladies auto-immunes, tant d’un point de vue curatif que préventif. Testé sur des modèles animaux, le composé a systématiquement engendré une importante réduction des troubles liés aux pathologies, tout en occasionnant des effets secondaires maîtrisables. Son potentiel thérapeutique a récemment été confirmé lors d’un essai clinique de phase IIa, coordonné par le service de médecine interne de l’hôpital Hôtel Dieu de Nantes, et comprenant onze patients atteints de lupus érythémateux disséminé actif. La phase IIb des essais sur le lupus est aujourd’hui en cours de programmation.

En novembre 2016, Medsenic a obtenu l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour lancer une nouvelle campagne d’essais cliniques - une étude de phase II - sur la GvHD chronique. Le premier centre d’essais cliniques a été ouvert le 24 octobre 2016 à Toulouse. L’Agence européenne des médicaments (EMA) a également accordé au produit le statut de médicament orphelin, ce qui vient prolonger sa propriété industrielle de dix années supplémentaires et facilite son accès au marché.

« Si FIST SA a souhaité accompagner Medsenic, c’est aussi parce qu’elle est une société très prometteuse, dirigée par des personnes qui ont une réelle envie de faire avancer la recherche dans le domaine du traitement des maladies auto-immunes  », conclut Albane Le Chevalier.

1 Laboratoire fermé en 2010.

2 CNRS/Université Paris Diderot.

3 Famille de brevets FR 0205276 « Thérapie par l’arsenic du syndrome auto-immun lymphoprolifératif de type apls chez la souris comme chez l’homme », déposée le 26/04/2002 au nom du CNRS.

 

Contacts :

Véronique Pomi-Schneiter / Directrice exécutive de Medsenic / veronique.pomi@medsenic.com

Albane Le Chevalier / Directrice du suivi des contrats et des participations FIST SA / albane.lechevalier@fist.fr