CNRS Innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Start-up

Weeroc : des circuits micro-électroniques pour la photodétection et la détection de particules

Issue du laboratoire Omega1 et du Laboratoire de l’accélérateur linéaire2, la start-up Weeroc valorise auprès des industriels les circuits micro-électroniques développés au laboratoire.

« C’est en voyant l’intérêt du monde de l’imagerie médicale pour notre technologie que l’idée de créer une start-up a commencé à germer », relate Julien Fleury, fondateur et dirigeant actuel de la start-up Weeroc. Créée en 2012, la société valorise les travaux réalisés auparavant par le chercheur et son équipe du pôle Omega1, alors au sein du Laboratoire de l’accélérateur linéaire2. Ceux-ci portaient sur la conception de circuits micro-électroniques à hautes performances destinés à la photodétection et à la détection de particules, par exemple pour les expériences du CERN.

Grâce au verrou technologique levé, ces circuits MAROC, SKIROC, PARISROC, HARDROC (où « ROC » renvoie à « read-out chip ») ont rapidement attiré les professionnels de l’imagerie médicale, cherchant à mettre au point de nouvelles machines multimodales : d’un encombrement réduit, les circuits développés possèdent la faculté de réaliser plusieurs types de mesures et permettent de lire les photons gamma émis par des tumeurs cancéreuses avec une très grande sensibilité et une résolution inédite, sur un très grand nombre de canaux. Ils facilitent et améliorent ainsi la détection et le diagnostic des tumeurs.

Depuis sa création, le lien entre Weeroc et son laboratoire d’origine demeure inaliénable, la start-up venant apporter davantage de souplesse administrative et de réactivité vis-à-vis des demandes d’industriels. Hébergée dans le même bâtiment, Weeroc se charge d’intégrer aux circuits les modifications nécessaires pour que ceux-ci répondent aux spécifications des industriels.

La start-up a noué de nombreux partenariats de recherche et commerciaux et se développe aujourd’hui sur ses ressources propres. Son financement provient de contrats souscrits avec des clients, qui, outre l’imagerie médicale, englobent les secteurs de l’industrie nucléaire, de la sécurité intérieure, de l’instrumentation scientifique, et de l’industrie spatiale. Dès sa création, la start-up s’est structurée pour répondre aux normes les plus strictes de l’industrie. Weeroc est qualifiée ISO9001.

Pour Airbus Defence & Space, la start-up a mis au point des circuits micro-électroniques à très haut niveau de confiance, résistant aux radiations qui piloteront les dispositifs de transmission de données des plateformes des satellites de télécommunications et du lanceur Ariane 5.

Weeroc travaille notamment avec le consortium Trimage sur le développement et l’industrialisation d’un imageur de cerveau tri-modal à bas coût, pour l’étude et le diagnostic de la schizophrénie et de la bipolarité. Elle fournit également des circuits de lecture à Metaltronica, un fabricant italien de matériels de radiographie, pour l’industrialisation d’une nouvelle génération de mammographe à haute résolution destinée au diagnostic du cancer du sein. Avec la société russe Doza, Weeroc s’attache à fournir des circuits micro-électroniques pour le développement de dosimètres portables et de systèmes de radioprotection de sites nucléaires. Membre d’un consortium de recherche porté par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, Weeroc participe au développement d’une nouvelle génération d’imageur gamma pour le tri des déchets radioactifs. « Aujourd’hui, pour pérenniser sa croissance, la société doit néanmoins entrer dans un circuit de commandes récurrentes et de volume important. C’est pourquoi nous sommes actuellement en phase de structuration et mettons en place notre réseau de distribution », conclut Julien Fleury.

1 Organisation de micro-électronique générale avancée (CNRS/Ecole polytechnique).

2 Laboratoire de l'accélérateur linéaire (CNRS/Université Paris-Sud).

 

Contact :

Julien Fleury / Weeroc / julien.fleury@weeroc.com