CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Laboratoires communs

Un laboratoire commun pour optimiser la gestion du patrimoine archéologique

Le laboratoire commun GEO-HERITAGE, inauguré le 14 décembre 2016 à Lyon, réunit le laboratoire Archéorient-Environnement et sociétés de l’Orient ancien1 et le bureau d’études archéologiques Éveha/ Éveha International autour du développement de méthodes innovantes pour l’étude de sites archéologiques.

illustration

Carrières, terrassements, routes et voies ferrées, bâtiments privés et publics… Les travaux d’aménagement du territoire menaceraient bien des vestiges enfouis sans l’archéologie préventive. Mais le diagnostic des archéologues est parfois complexe à établir, surtout dans les pays dont la législation en matière de préservation du patrimoine archéologique n'est pas encore pleinement fixée.

Créé en décembre 2016, GEO-HERITAGE a notamment pour objectif de développer de nouveaux outils à destination des services chargés de la protection du patrimoine, et de leur fournir un protocole d’analyses capable d’estimer convenablement le potentiel archéologique et environnemental d’un site avant le début des travaux. Ce laboratoire commun rassemble la société Éveha et sa filiale Éveha International affectée aux activités à l’étranger, et le laboratoire Archéorient-Environnement et sociétés de l’Orient ancien1, spécialisé dans l’étude des sociétés anciennes en Méditerranée orientale, au Proche et Moyen-Orient et en Afrique. D’une grande mobilité et d’une mise en œuvre facile et rapide, les outils développés devront s‘adapter aux différents types de prospection archéologique et leurs contextes géographiques et géologiques variés (reconnaissance géophysique et géomorphologique, prospection aérienne et pédestre).

Un premier axe de recherche concernera l’optimisation mécanique et ergonomique des appareillages utilisés, pour les adapter aux différentes conditions de terrain et aux systèmes d’acquisition de données, notamment en géophysique. Un second axe portera sur la mise en place d’un système de traitement global des données géophysiques, géomorphologiques et archéologiques collectées. Leur confrontation permettra de restituer, de la manière la plus complète possible, l’état d’un site dans son environnement en répondant aux exigences d’une meilleure gestion du patrimoine.

 

1 de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux (CNRS/Université Lumière Lyon 2).

 

Contacts :

Christophe Benech / Archéorient / christophe.benech@mom.fr

Thomas Creissen / Éveha International / t.creissen@eveha-international.com