CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Partenariats

Première démonstration d’un prototype d’ascenseur à hydrogène mis au point par le CNRS, le CRESITT et OTIS

Depuis 2016, le Groupe de recherches sur l'énergétique des milieux ioniséset le Centre de ressources technologiques en électronique (CRESITT), en partenariat avec la société OTIS ont conçu et développé un dispositif couplant une pile à combustible à la production et au stockage d’hydrogène pour alimenter des ascenseurs. La première démonstration d’un ascenseur à hydrogène a ainsi été organisée le 5 juillet 2017 sur le site de la société OTIS à Gien.

illustration

Le Groupe de recherche sur l'énergétique des milieux ionisés1 (GREMI) travaille depuis plusieurs années sur le développement de la pile à combustible, un système de production d’énergie propre. Depuis 2012, il coordonne le projet Système autonome à pile à combustible et photovoltaïque (SAPAC), visant à mettre en œuvre et évaluer les technologies et éléments disponibles pour rendre un système ou un site autonome énergétiquement (par le photovoltaïque, le mini-éolien, des batteries ou des convertisseurs) et le doter d’interfaces de communication radiofréquence de courte et moyenne portée.

Le GREMI et le CRESITT travaillent en partenariat avec la société OTIS dans le cadre du projet SAPAC en vue de concevoir un ascenseur hybride et autonome, le plus écologique possible et pouvant être déconnecté de l’alimentation du réseau : l’énergie disponible, en provenance du réseau électrique ou bien d’énergies renouvelables, est en effet stockée sous forme d’hydrogène pour être restituée via une pile à combustible lorsque la source d’énergie devient insuffisante.

Ce dispositif présente de nombreux avantages : c’est  un système complètement modulaire, conçu sur mesure, et pouvant s’adapter parfaitement aux différents besoins en termes de puissance maximale, d’autonomie et source d’énergie. En effet, l’ajout d’une simple bouteille d’hydrogène permet une augmentation de l’autonomie sans impact sur la partie électronique et une interface de gestion permet de choisir automatiquement la source de courant à utiliser  (le réseau électrique ou bien la pile à combustible). De plus, ce système permet un stockage de 5 kWh électrique pour 100 kg alors que l’équivalent en batteries au plomb est deux fois plus volumineux et plus lourd (300 kg), et cela sans utiliser de substances dangereuses comme le plomb ou le cadmium.

 

1  CNRS/Université d’Orléans

 

Contacts

Pascal BRAULT / Directeur de recherche du CNRS au Groupe de recherches sur l'énergétique des milieux ionisés / T. + 33 2 38 41 71 25 / pascal.brault@univ-orleans.fr

Florence ROYER  / Communication CNRS / T. +33 2 38 25 79 86 / florence.royer@dr8.cnrs.fr

Aline BERNARD / Communication CRESITT / T. +33 2 38 69 00 61 / aline.bernard@cresitt.com 

David MOLINS / Communication OTIS / T. +33 1 46 91 60 66 / david.molins@utc.com