CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Start-up

Myriade : une méthode optique innovante pour mesurer les virus et les nanoparticules

La nouvelle méthode d'interférométrie optique mise au point à l'Institut Langevin1 permet de caractériser simplement des particules de taille inférieure au micron : virus, vésicules, oxydes métalliques... La start-up Myriade commercialisera des instruments destinés à des laboratoires de biologie, de diagnostic médical et du domaine de l'environnement.

illustration

L'expédition Tara Océans visait, lors d’un tour du monde de trois ans en bateau, à prélever du plancton pour étudier l'effet du réchauffement climatique sur les systèmes planctoniques et coralliens. C'est pour répondre à une demande de biologistes du projet que des chercheurs de l'Institut Langevin1 se sont mis en quête d'une méthode simple pour caractériser les virus dans des échantillons d'eau de mer. Les méthodes utilisées jusqu'ici recouraient à la microscope électronique, longue à mettre en œuvre, ou à des techniques d'interférométrie optique délicates à maîtriser. La méthode innovante proposée par l'Institut Langevin est plus facile à utiliser. Comme l’ont montré les essais menés, elle permet de compter et distinguer différentes catégories de virus (de taille comprise entre 20 et 100 nm), mais aussi de détecter des vésicules2 et de les différencier des virus.

La nouvelle méthode de détection, brevetée3, utilise une source lumineuse Led4 et mesure les interférences entre la lumière diffusée par les particules en suspension et le faisceau de référence qui les illumine. « Contrairement à un interféromètre traditionnel à deux ondes, qui sépare les faisceaux en deux, dans notre instrument les lumières ne passent que par un seul chemin optique. Ce qui le rend insensible aux vibrations ou aux différences de température », explique Claude Boccara, chercheur à l'Institut Langevin. Le dispositif mesure l'amplitude de la lumière diffusée par une nanoparticule, amplitude qui dépend de sa taille. Par ailleurs, une caméra rapide (150 à 700 images par seconde) suit les trajectoires du mouvement brownien5, qui sont reliées à la taille et à la morphologie des particules (certains virus sont dotés de filaments qui influencent leurs déplacements). Ces deux mesures couplées permettent de mesurer et de différencier des virus de différentes tailles et de leur attribuer une signature spécifique.

Pour valoriser ces résultats, les chercheurs6 se sont associés à Quattrocento, un « company builder » qui développe et industrialise des instruments et des dispositifs médicaux à partir d'inventions nées dans des laboratoires. Les partenaires ont créé en septembre 2017 la start-up Myriade, dont Quattrocento est l'actionnaire majoritaire. Un accord de licence a été conclu avec le service valorisation de PSL université et Quattrocento a signé un contrat de recherche avec l'Institut Langevin pour le financement d'un post-doctorant.

Myriade, qui fonctionne pour le moment comme une unité de Quattrocento, développe des prototypes de l'instrument qui seront testés chez quatre partenaires (deux laboratoires et deux entreprises). Au programme : la mesure de concentration de virus pour l'immunothérapie, la mesure de concentration de bactériophages pour la phagothérapie, la mesure de phages dans le microbiote pour le diagnostic médical et la mesure de vésicules extracellulaires. Cette phase de tests devrait déboucher sur l'embauche d'une équipe propre à Myriade (directeur général, équipe R&D et équipe marketing et ventes) et sur la mise sur le marché du produit au premier trimestre 2019.

 

1 Institut Langevin Ondes et Images (CNRS/ESPCI)

2 Organites cellulaires qui jouent un rôle dans le métabolisme et le transport de macromolécules

3 Brevet (FR1459690), en copropriété ESPCI/UPMC/ENS Paris/CNRS/Inserm, déposé le 09/10/2014

4 Une Led est une diode électroluminescente, un dispositif opto-électronique capable d’émettre de la lumière quand il est parcouru par un courant électrique.

5 Le mouvement brownien est une description mathématique du mouvement aléatoire de particules en suspension dans un fluide, uniquement soumises à des interactions avec le fluide environnant.

6 Martine Boccara, professeure à l’Université Pierre & Marie Curie, et Claude Boccara, professeur à l’ESPCI sont les deux co-inventeurs de la technologie.

Contacts :

Claude Boccara / Institut Langevin / claude.boccara@espci.fr

Luc Talini / Quattrocento / luc.talini@lequattrocento.com