CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Partenariats

Le CNRS, le BRGM et Total, associés pour élucider le processus de formation des chaînes de montagnes

Les deux organismes publics et l'industriel mettent en commun leurs expertises et leurs données dans l'ambitieux projet Orogen, dont l'objectif est de comprendre tout le cycle de formation et d'évolution d’une chaîne de montagne à travers le cas des Pyrénées et de faire émerger du même coup de nouveaux concepts en géosciences.

illustration

Les Pyrénées sont un objet de recherche particulièrement intéressant pour les géosciences car on y retrouve l'ensemble du cycle de formation et d'évolution d'une chaîne de montagnes (orogénèse). Ce n'est donc pas un hasard si la chaîne pyrénéenne est au centre du projet Orogen, un partenariat pluriannuel (2015-2020) qui associe l'Institut national des sciences de l'univers du CNRS, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et la société Total. Orogen, auquel collaborent une centaine de chercheurs1, veut élucider les paramètres qui régissent la formation d'une chaîne au cours d'un cycle complet de tectonique des plaques. Pour les chercheurs, c'est une occasion unique d’acquérir de nouvelles données, de développer de nouvelles méthodes analytiques et de faire émerger de nouveaux concepts en géosciences. Pour les industriels, le projet devrait déboucher sur des modèles géologiques prédictifs pour des thématiques d’exploration applicables à d’autres chaînes de montagne.

L'ambition d'Orogen repose sur la mise en commun fructueuse de moyens de recherche (une quinzaine de laboratoires), de l'expérience de terrain du BRGM et de son expertise en acquisition, gestion de données géologiques et modélisation, et de la masse de données industrielles accumulées par Total R&D, présent depuis presque un siècle dans cette zone géographique. Pour la première fois, l'industriel met à la disposition des chercheurs ses données sismiques, obtenues par « échographie » du sous-sol ou récoltées lors des forages de puits jusqu'à 8 km de profondeur, ainsi que ses moyens techniques et son expertise. Ce projet, fortement pluridisciplinaire, est un puissant moteur d'intégration pour les chercheurs en géosciences, et plus particulièrement pour les doctorants et jeunes chercheurs. Il répond à une opportunité historique de collaboration sur la durée entre trois organismes scientifiques, à vocation différente mais capables de se fédérer pour répondre à un défi scientifique majeur.

Autant de facteurs favorables à une véritable remise à plat des connaissances sur l'orogénèse. Et c'est bien ce qui semble se profiler, au vu des premiers résultats présentés début mars à Paris. En effet, une campagne de mesures sismique passive, qui consiste à enregistrer, grâce à des centaines de capteurs, l’ensemble des vibrations et séismes naturels qui se produisent, a permis d'acquérir des images en 2D et 3D du sous-sol de la zone étudiée, jusqu'à 100 km de profondeur. Les résultats de cette campagne, baptisée Maupasacq (Mauléon PAssive Seismic ACQcquisition), invitent à une remise en cause profonde de l'idée que l'on se faisait jusqu'à maintenant de la structure du sous-sol des Pyrénées... Un bon point de départ pour élaborer de nouvelles idées sur les processus de formation d'une chaîne de montagnes, et aboutir à une meilleure compréhension de l’interaction des phénomènes.

 

1 85% chercheurs du CNRS, 10% chercheurs du BRGM et 5% chercheurs de TOTAL R&D

 

Contacts :

Olivier Vidal / CNRS / olivier.vidal@cnrs-dir.fr

Thierry Baudin / BRGM / t.baudin@brgm.fr

Emmanuel Masini / TOTAL R&D / emmanuel.masini@total.com