CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Laboratoires communs

NatIncontrol développe des solutions naturelles pour protéger les plantes contre les insectes ravageurs

L'Institut d'écologie et des sciences de l'environnement1 de Paris et la société SBM Company ont créé le laboratoire commun NatIncontrol pour développer des substances et des microorganismes de biocontrôle des insectes qui ravagent les cultures.

illustration

L'utilisation de produits phytosanitaires pour protéger les cultures et les jardins est soumise à des réglementations de plus en plus contraignantes. Les produits de biocontrôle2, fondés sur des mécanismes naturels, constituent une alternative respectueuse de l'environnement pour lutter contre les insectes ravageurs. L'Institut d'écologie et des sciences de l'environnement1 de Paris et la société SBM Company, qui ont déjà travaillé ensemble sur des programmes de recherche sur le biocontrôle, ont décidé de renforcer leur collaboration en créant un laboratoire commun, NatIncontrol, soutenu par l'ANR, dont l'objectif est de mettre au point des solutions de biocontrôle des insectes ravageurs. Ce laboratoire est installé sur le campus Pierre et Marie Curie de Sorbonne Université, à Paris.

Les chercheurs et leur partenaire industriel ont choisi de focaliser les études sur les solutions de biocontrôle à base de substances naturelles (extraits de plantes) ou de microorganismes. Chaque partenaire apporte sa contribution au processus de R&D. Ces solutions biologiques seront testées en premier lieu au laboratoire : d’abord in vivo, sur des insectes d'élevage, puis in planta, sur des végétaux en conditions contrôlées. La formulation des solutions sélectionnées à l’issue des tests en laboratoire sera développée par SBM Company, qui assurera la production du produit de biocontrôle à l'échelle pilote pour faire des expérimentations en pleins champs réalistes. Les chercheurs étudieront également le mode d'action du produit et évalueront les risques environnementaux. L'industriel constituera le dossier d'homologation et commercialisera le produit de biocontrôle sélectionné sur son efficacité et son innocuité. « Chaque étape donne lieu à des échanges actifs entre les chercheurs et l'industriel », souligne David Siaussat, chercheur à l'Institut d'écologie et des sciences de l'environnement, et co-responsable de NatIncontrol avec Martine Gautier, Directrice Innovation chez SBM Company.

L'Institut d'écologie et des sciences de l'environnement a pu recruter deux doctorants pour compléter l'équipe travaillant sur le projet NatIncontrol et un ingénieur en formulation est venu renforcer les équipes de SBM Company. Au total, une quinzaine de personnes sont impliquées dans les travaux de ce laboratoire commun. Sur les 100 à 200 substances qui auront été testées entre 2017 et 2020, plusieurs devraient finalement déboucher sur une commercialisation.

 

1 CNRS/Sorbonne Université

2 Les solutions de biocontrôle se répartissent en quatre catégories : les macroorganismes invertébrés (insectes prédateurs...), les substances naturelles insecticides, les médiateurs chimiques (phéromones...) qui agissent sur le comportement des insectes et les microorganismes (virus, bactéries, champignons) qui produisent des toxines contre les insectes

 

Contacts :

David Siaussat / Institut d'écologie et des sciences de l'environnement / david.siaussat@upmc.fr

Martine Gautier / SBM Company / martine.gautier@sbm-company.com