Acidité des océans : quel sera l'impact de variations saisonnières plus marquées ?

Terre

Selon une étude menée par les chercheurs du LSCE1 (CEA-CNRS-UVSQ), d'ici la fin du siècle les variations saisonnières de l'acidité des océans (pH) seront plus marquées qu'aujourd'hui, pouvant même être multipliées par deux. La saisonnalité du pH, considérée jusqu'à présent comme plutôt favorable à l'adaptation des organismes marins au réchauffement global, pourrait en réalité se révéler délétère. Ce paramètre doit désormais être mieux pris en compte dans les modèles climatiques. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature Climate Change le 29 janvier 2018.

  • 1. Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (CEA, CNRS, Université Versailles St Quentin en Yvelines)

Télécharger le communiqué de presse :  Image retirée. 

Bibliographie

Diverging seasonal extremes for ocean acidification during the twenty-first century. Lester Kwiatkowski & James C. Orr. Nature Climate Change, 29 janvier 2018. Consulter le site web

Contact

Tuline Laeser
Attachée de presse au CEA
Samira Techer
Assistante presse CNRS