Bourses ERC « Advanced » : le CNRS en tête

Institutionnel

Le Conseil européen de la recherche (ERC) annonce mardi 31 mars les résultats de l'appel « ERC Advanced Grant 2019 » qui financera cette année 185 chercheuses et chercheurs confirmés et reconnus dans leur domaine, tant au niveau national qu’international, pour un montant total de 450 millions d'euros. Avec 11 bourses hébergées, le CNRS est l’institution européenne accueillant le plus grand nombre de lauréats sur cet appel.

Ces bourses ERC permettent aux scientifiques de mener des projets en rupture ouvrant des voies innovantes dans leur champ disciplinaire. D’une durée de 5 ans, ces projets bénéficient chacun d’un budget maximum de 2,5 millions d’euros.


Le CNRS, avec 11 projets lauréats, se place à l’échelle européenne devant l’Université d’Oxford (6 projets), l’Institut Max Planck (6) et l’Institut universitaire européen (5). Parmi ces 11 projets, 6 concernent la physique et l’ingénierie, 4 les sciences de la vie et 1 les sciences humaines et sociales :

 

  • Bernard De Massy, chercheur CNRS à l’Institut de génétique humaine (CNRS/Université de Montpellier) pour DSBSunrise
  • Jean-René Duhamel, chercheur CNRS à l’Institut des sciences cognitives Marc Jeannerod (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1) pour SOCIALEYES
  • Valentina Emiliani, chercheuse CNRS à l’Institut de la vision (CNRS/SU/Inserm) pour HOLOVIS
  • Alice Guionnet, chercheuse CNRS à l’Unité de mathématiques pures et appliquées de l'ENS de Lyon (CNRS/ENS) pour LDRaM    
  • David Holcman, chercheur CNRS à l’Institut de biologie de l'Ecole normale supérieure (CNRS/Inserm/ENS Paris) pour OrganellenanoComp
  • Beatriz Jurado, chercheuse CNRS au Centre d'études nucléaires de Bordeaux Gradignan (CNRS/Université de Bordeaux) pour NECTAR
  • Anne-Marie Lagrange, chercheuse CNRS à l’Institut de planétologie et d'astrophysique de Grenoble (CNRS/UGA) pour COBREX  
  • Jacques Laskar, chercheur CNRS à l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (CNRS/Observatoire de Paris) pour AstroGeo
  • Tâm Mignot, chercheur CNRS au Laboratoire de chimie bactérienne (CNRS/AMU) pour JAWS
  • Barbara Nozière, chercheuse CNRS à l’Institut de recherches sur la catalyse et l'environnement de Lyon (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1) pour EPHEMERAL    
  • Andrea Tommasi, chercheuse CNRS à Géosciences Montpellier (CNRS/Université de Montpellier) pour RhEoVOLUTION.

 

La France se classe en troisième position en accueillant 21 projets récompensés, derrière l’Allemagne (35) et le Royaume-Uni (34).

Pour en savoir plus sur : Le CNRS et l’ERC

Contact

Priscilla Dacher
Responsable adjointe du bureau de presse du CNRS