Découverte d’un mode de vie pluricellulaire pour un virus, une première en virologie

Biologie

Des chercheurs de l’Inra, du Cirad et du CNRS ont montré que les différents segments constitutifs du génome d’un virus dit multipartite1 peuvent exister dans des cellules distinctes de l’organisme cible, et travailler ensemble pour provoquer une infection. Ce résultat inédit va à l’encontre du paradigme fondateur en virologie, qui considère que le génome entier d’un virus pénètre et se réplique à l’intérieur d’une même cellule, puis passe à une autre cellule où il se réplique à nouveau, et ainsi de suite pour développer l’infection. Ce mode de vie pluricellulaire viral montré pour la première fois, pourrait exister pour d’autres systèmes viraux. Ces travaux ouvrent donc d’importantes perspectives de recherche en virologie.

  • 1. Dans les virus multipartites, le matériel génétique (ADN ou ARN) est constitué de plusieurs segments, chacun protégé dans une capsule protéique appelée capside. Les autres catégories de virus sont les virus monopartites comme la polio ou HIV ou Ebola (1 seul brin dans une capside) et les virus segmentés comme celui de la grippe (plusieurs brins dans une seule capside).
Bibliographie

‘A multicellular way of life for a multipartite virus’ Anne Sicard, Elodie Pirolles, Romain Gallet, Marie-Stéphanie Vernerey, Michel Yvon, Cica Urbino, Michel Peterschmitt, Serafin Gutierrez, Yannis Michalakis and Stéphane Blanc
eLife DOI: 10.7554/eLife.43599

Contact

Stéphane Blanc
Chercheur Inra
Ioannis Michalakis
Chercheur CNRS
Samira Techer
Assistante presse CNRS