Découverte d’une nouvelle fonction cellulaire chez les poissons : perspectives pour l’aquaculture et la recherche médicale

Biologie

L’autophagie médiée par les protéines chaperonnes (plus communément appelée CMA pour Chaperone-Mediated Autophagy) joue un rôle crucial dans la régulation du métabolisme et du fonctionnement cellulaire. Il était jusqu'à présent admis que cette fonction cellulaire n’existait que chez les mammifères et les oiseaux. Une équipe de chercheurs d’INRAE, de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, du CNRS1 et de l’Université de Bordeaux remet en cause ce dogme et prouve que la CMA existe également chez les poissons. Ces résultats, publiés le 9 juin dans la revue Molecular Biology and Evolution, ouvrent de nouvelles perspectives pour l’aquaculture et la recherche médicale.

  • 1. Laboratoires impliqués : Nutrition, métabolisme et aquaculture (INRAE/Université de Pau et des Pays de l’Adour), Institut de biochimie et génétique cellulaires (CNRS/Université de Bordeaux).
Bibliographie

Chaperone-Mediated Autophagy in the light of evolution: insight from fish, Molecular Biology and Evolution. Laury Lescat, Vincent Véron, Brigitte Mourot, Sandrine Péron, Nathalie Chenais, Karine Dias, Natàlia Riera, Florian Beaumatin, Karine Pinel, Muriel Priault, Stéphane Panserat, Bénédicte Salin, Yann Guiguen, Julien Bobe, Amaury Herpin, Iban Seiliez. Molecular Biology and Evolution (2020), DOI: 10.1093/molbev/msaa127

CMA restricted to mammals and birds: myth or reality? Laury Lescat, Amaury Herpin, Brigitte Mourot, Vincent Véron, Yann Guiguen,Julien Bobe & Iban Seiliez Autophagy. Journal Autophagy (2018) DOI: 10.1080/15548627.2018.1460021

Contact

lban Seiliez
Chercheur INRAE
Samira Techer
Assistante presse CNRS
Service de presse INRAE