Des astronomes trouvent une véritable usine de molécules organiques cachée derrière la poussière interstellaire

Univers

Les régions autour des jeunes protoétoiles contiennent des molécules organiques complexes qui peuvent se combiner entre elles pour former des molécules prébiotiques : ce sont les premiers pas sur la route de la vie. Ces régions, surnommées hot corinos par les astronomes, ont été essentiellement identifiées dans des systèmes binaires, avec deux protoétoiles, mais avec cependant un mystère : les scientifiques ont trouvé des preuves d'un hot corino autour de l'une des protoétoiles mais pas de l'autre. Des astronomes de l'Institut de planétologie et d'astrophysique de Grenoble (Université Grenoble Alpes/CNRS), en utilisant le Karl G. Jansky Very Large Array (VLA) de la National Science Foundation aux États-Unis, viennent de démontrer qu’en réalité « l’usine » de molécules organiques de la deuxième protoétoile était simplement cachée par la poussière interstellaire. Ces travaux ont été publiés le 8 juin dans la revue Astrophysical Journal Letters.

Bibliographie

Hot Corinos Chemical Diversity: Myth or Reality?
Marta De Simone, Cecilia Ceccarelli, Claudio Codella, Brian E. Svoboda, Claire Chandler, Mathilde Bouvier, Satoshi Yamamoto, Nami Sakai, Paola Caselli, Cecile Favre, Laurent Loinard, Bertrand Lefloch, Hauyu Baobab Liu, Ana López-Sepulcre, Jaime E. Pineda, Vianney Taquet, and Leonardo Testi.
Astrophysical Journal Letters, 8 juin 2020

 

Contact

Marta De Simone
Chercheuse UGA
Cecilia Ceccarelli
Chercheuse UGA
Muriel Jakobiak
Responsable communication externe, Université Grenoble Alpes
Alexiane Agullo
Attachée de presse CNRS