DEEPHOPE. Par équipe de 2 ou 3, les plongeurs se focalisent sur deux profondeurs données pour effectuer leurs travaux.© Franck GAZZOLA / UNDER THE POLE / Zeppelin Network

Des observations record à 172 mètres de profondeur pour éclairer comment le corail « dur » survit sans lumière

Environnement

En eaux peu profondes (inférieures à 30 mètres), la survie des coraux durs dépend d’algues unicellulaires photosynthétiques vivant dans leurs tissus, les zooxanthelles. Mais comment le corail s’adapte-t-il lorsque la lumière disparaît en profondeur ? Des chercheuses et chercheurs français du CNRS, de l’EPHE-PSL1 et leurs collaborateurs internationaux, associés à Under the Pole (Expédition III), ont étudié, pour la première fois à travers les archipels de la Polynésie française, la répartition de ces coraux dits mésophotiques, depuis la surface jusqu’à 120 mètres de profondeur (avec une descente record à 172 mètres !). Tandis que la quantité de lumière s’atténue vers le fond, en plus de son association avec les zooxanthelles, le corail s’associe à une autre algue, filamenteuse, qui s’insère dans son squelette. Ces algues pourraient ainsi jouer un rôle important dans l’adaptation du corail à la vie en profondeur, car elles captent les longueurs d’onde faibles, seules rémanentes dans les tréfonds. Ces travaux apportent de nouvelles connaissances sur les écosystèmes coralliens profonds, qui sont au cœur d’un intérêt grandissant quant à leur rôle potentiel de refuge par rapport aux récifs de surface plus directement menacés. Publiés dans l’ISME Journal, ils ont bénéficié du soutien de l’ANR.

#
Les plongeurs d’UNDER THE POLE avec le corail Leptoseris hawaiiensis à 172m de profondeur (record actuel de profondeur pour les coraux scléractiniaires photosynthétiques). © Gaël LAGARRIGUE / UNDER THE POLE

 

#
DEEPHOPE. Par équipe de 2 ou 3, les plongeurs se focalisent sur deux profondeurs données pour effectuer leurs travaux. © Franck GAZZOLA / UNDER THE POLE / Zeppelin Network

 

#
DEEPHOPE. Deux plongeurs remontent de 120 m après y avoir déposé des capteurs océanographiques et prélevé des échantillons de coraux. Archipel de la Société, île de Bora Bora, 17 septembre 2018. © Franck GAZZOLA / UNDER THE POLE / Zeppelin Network

 

  • 1. Travaillant au Centre de recherches insulaires et observatoire de l'environnement (CNRS / EPHE-PSL / UPVD) et au Laboratoire d’écogéochimie des environnements benthiques (OOB, CNRS / Sorbonne Université)
Bibliographie

Symbiotic associations of the deepest recorded photosynthetic scleractinian coral (172 m depth).     Héloïse Rouzé, Pierre E. Galand, Mónica Medina, Pim Bongaerts, Michel Pichon, Gonzalo Pérez-Rosales, Gergely Torda, Aurelie Moya, Under The Pole Consortium, Jean-Baptiste Raina & Laetitia Hédouin. The ISME Journal (2021)

DOI : https://doi.org/10.1038/s41396-020-00857-y

 

Contact

Héloïse Rouzé
Chercheuse CNRS
Pierre Galand
Chercheur CNRS
Priscilla Dacher
Presse CNRS