La survie des poissons clowns dépend plus de l’environnement que de la génétique

Environnement

Les poissons clowns n’ont pas la capacité génétique de s’adapter aux modifications de leur environnement. C’est ce que viennent de démontrer des scientifiques du CNRS1 et leurs collègues australiens, saoudiens, chiliens et américains dans une étude, sans précédent pour le milieu sous-marin, à paraitre le 26 novembre 2019 dans Ecology Letters. Les chercheurs et chercheuses ont suivi des poissons clowns des lagons de l’île de Kimbe, un hot spot de biodiversité situé en Papouasie-Nouvelle-Guinée, pendant plus de dix ans. Après avoir reconstruit les différentes lignées généalogiques par famille pour toute la population sur quatre générations, ils ont montré un manque de variation génétique pour assurer le succès de leur reproduction, garant de la régénération de la population. Ce succès dépend donc presque entièrement de l'environnement, notamment de leurs anémones. Les poissons clowns se retrouvent ainsi à la merci d'un habitat dont la dégradation quotidienne est déjà documentée. Leur capacité à se maintenir dans les lagons dépendra principalement des efforts entrepris pour maintenir la qualité de leur habitat.
 

#
Poissons clowns (Amphiprion percula) sur leur anémone dans le lagon de l’île de Kimbe en Papouasie Nouvelle Guinée. © Simon Thorrold (WHOI)
#
Poissons clowns (Amphiprion percula) sortant de leur anémone. © Morgan Bennett-Smith (KAUST)

 

  • 1. Au CRIOBE (EPHE-PSL/UPVD/CNRS)
Bibliographie

Strong habitat and weak genetic effects shape the lifetime reproductive success in a wild clownfish population. Océane C. Salles, Glenn R. Almany, Michael L. Berumen, Geoffrey P. Jones, Pablo Saenz-Agudelo, Maya Srinivasan, Simon R. Thorrold, Benoit Pujol, and Serge Planes; Ecology Letters, In Press (2019).

Contact

Serge Planes
Chercheur CNRS
Benoit Pujol
Chercheur CNRS
Alexiane Agullo
Attachée de presse CNRS