L’atmosphère terrestre s’étend bien au-delà de la Lune

Univers

L’atmosphère de la Terre est bien plus large que le mince anneau bleu qui entoure notre planète vue de l’espace : au-delà de ce cercle, elle se poursuit jusqu’à se « fondre » dans l’espace, se finissant en un vaste nuage d’atomes d’hydrogène.
Une équipe internationale, comprenant deux chercheurs du CNRS*, vient de découvrir que notre atmosphère s’étend ainsi jusqu’à 630 000 km, soit presque deux fois plus loin que la Lune, six fois plus loin que la limite supposée jusqu’ici ! En réalité, l’atmosphère terrestre devient très vite extrêmement ténue : à 60 000km, elle n’est déjà plus composée que de 70 atomes par centimètre cube… et à mi-chemin, au niveau de la Lune, seulement 0,2 atome par centimètre cube. Autant dire le vide… ou presque. L’atmosphère terrestre était donc sans impact pour les astronautes des missions lunaires Apollo, il y a cinquante ans. Mais elle pourrait interférer avec les observations des télescopes placés aujourd’hui en orbite terrestre, ou demain sur la Lune.
Une découverte d’autant plus étonnante qu’elle a été réalisée à partir de données de l’instrument Swan de l’observatoire spatial SOHO (ESA/NASA), récoltées… il y a près de vingt ans, entre 1996 et 1998, et que ces chercheurs ont souhaité ré-analyser de façon plus approfondie.

 

  • *. du Laboratoire "Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales" (CNRS/Sorbonne Université/Université Versailles Saint-Quentin)

Contact

Jean-Loup Bertaux
Chercheur CNRS
Julien Guillaume
Attaché de presse CNRS