Les requins payent un très lourd tribut à la pêche en haute mer

Environnement

Environ 50 % des pêches intentionnelles ou involontaires des requins s’effectuent en haute mer, en dehors des eaux sous juridictions nationales. Des chercheurs viennent de démontrer l’urgence d’une gestion efficace de ces zones où séjournent préférentiellement ces prédateurs et où s’intensifient des prélèvements contribuant à leur disparition. Cette étude vient d’être publiée dans la revue Nature par un consortium réunissant plus de 100 chercheurs, dont Eric Clua, spécialiste des requins de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE-PSL) au Centre de recherche insulaire et observatoire de l'environnement (CRIOBE, CNRS/UPVD/EPHE)1.

  • 1. Est également impliqué dans ce résultat le Centre pour la biodiversité marine, l'exploitation et la conservation (MARBEC, Université de Montpellier/IRD/Ifremer/CNRS).
Bibliographie

Global spatial risk assessment of sharks under the footprint of pelagic fisheries, Nuno Queiroz, … Eric Clua, … and David W. Sims. Nature, 24 juillet 2019.

Contact

Eric Clua
Chercheur EPHE
Samira Techer
Assistante presse CNRS