Quantifier la production d’icebergs grâce aux séismes

Ingénierie
Terre

Le réchauffement climatique entraine une diminution significative du volume des calottes glaciaires comme celle du Groenland, par la fonte des glaces ou par détachement de blocs de glace dans l’océan (vêlage d’icebergs). Mais le vêlage est impossible à quantifier par des observations satellites. Aussi, une équipe internationale1 menée par des chercheurs français du CNRS et de l’Université Paris Diderot a eu l’idée d’utiliser les séismes générés lors du détachement d’icebergs et ressentis à des centaines de kilomètres pour mesurer cette perte de glace. Cette première en sismologie environnementale a ainsi permis de quantifier la perte de masse des glaciers du Groenland par vêlage entre 1993 et 2013, à l’aide des quelques 500 séismes d’origine glaciaire enregistrés durant cette période. Selon cette étude, le vêlage a été responsable de la perte de 370 gigatonnes de glace dans l’océan Arctique, ce qui représente 8 à 21 % de la masse perdue au front des glaciers, le reste étant à attribuer à la fonte. Ces travaux sont publiés dans Annals of Glaciology le 10 avril 2019.

Processus de vêlage observé au glacier Bowdoin.
© Martin Funk/VAW/ETH Zurich

 

  • 1. Ces travaux impliquent des chercheurs de l’Institut de physique du globe de Paris (CNRS/IPGP/IGN/Université Paris Diderot), du laboratoire Procédés et ingénierie en mécanique et matériaux (CNRS/CNAM/Arts et Métiers Paristech), du Centre des matériaux (CNRS/Mines Paristech), du Laboratoire Jacques-Louis Lions (CNRS/Sorbonne Université/Université Paris Diderot), du Laboratory of Hydraulics, Hydrology and Glaciology de l’ETH Zürich et du Geography Department de la Swansea University.
Bibliographie

Monitoring Greenland ice-sheet buoyancy-driven calving discharge using glacial earthquakes. Sergeant A., Mangeney A., Yastrebov V., Walter F. Montagner J.-P., Stutzmann E., Castelnau O., Bonnet P., Ralaiasoroa J.-L., Bevan S. et Luckman A. Annals of Glaciology, le 10 avril 2019.

Contact

Olivier Castelnau
Chercheur CNRS
Anne Mangeney
Professeur à l’Université Paris Diderot
François Maginiot
Attaché de presse CNRS