Récidives et chronicité de l’eczéma : comment l’expliquer ?

Biologie
Santé

Pourquoi les plaques d’eczéma provoquées par le contact de la peau avec un allergène réapparaissent-elles aux mêmes endroits alors que la lésion a eu le temps de guérir ? C’est sur cette question que s’est penchée une équipe de recherche associant l’Inserm, l’Université Claude Bernard Lyon 1, l’Ecole normale supérieure de Lyon et le CNRS au sein du Centre international de recherche en infectiologie. Les chercheurs ont découvert que non seulement les allergènes persistaient dans la peau pendant plusieurs semaines mais qu’ils n’étaient pas les seuls. Des cellules immunitaires appelées lymphocytes T mémoire résidents prolifèrent en effet sur les sites de lésion et y persistent pendant de longues périodes, réactivant l’apparition de plaques d’eczéma lors d’un nouveau contact avec l’allergène. Ces travaux parus dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology ouvrent de nouvelles perspectives dans la compréhension du fonctionnement et le traitement de l’eczéma de contact allergique.

Bibliographie

"Inhibitory checkpoint receptors control CD8+ resident memory T cells to prevent skin allergy"
Pia Gamradt, Léo Laoubi, Audrey Nosbaum, Virginie Mutez, Vanina Lenief, Sophie Grande, Daniel Redoulès, Anne-Marie Schmitt, Jean-François Nicolas, Marc Vocanson.
The Journal of Allergy and Clinical Immunology : https://doi.org/10.1016/j.jaci.2018.11.048

Contact

Marc Vocanson
Chercheur Inserm
Samira Techer
Assistante presse CNRS
Inserm
Presse Inserm