La soirée

En septembre 2015, la collaboration internationale Ligo-Virgo a permis de confirmer l’existence des ondes gravitationnelles théorisées près d’un siècle plus tôt par Albert Einstein. Le CNRS et la Société Française de Physique proposent un rendez-vous exceptionnel pour célébrer cette découverte majeure.

Le 20 mars 2017, dans toute la France et en Italie

Lycéens, étudiants, curieux de sciences pourront venir s'informer et échanger sur cette avancée scientifique lors d'une grande soirée festive, le 20 mars 2017, qui se tiendra simultanément à :

Visites virtuelles, tables rondes, quizz, etc.

Cette soirée comprendra – en plus d’expositions, de conférences, de quizz, d'une table ronde science et cinéma – la visite virtuelle de sites liés à la découverte :

Les concours

Quatre concours destinés principalement aux étudiants et aux scolaires allient le sérieux et l’incongru, l’art et la science. Ces actions pourront donner lieu à une réponse individuelle ou collective (classe).

Pour vous inscrire, remplissez le formulaire suivant :

Pour de plus amples informations écrivez-nous :

Règlements

Générer une onde gravitationnelle

Utilisez au mieux les analogies acoustiques, mécaniques, électromagnétiques, optiques des ondes gravitationnelles pour réaliser un montage original comportant quelques mesures.

Nouvelles et bandes dessinées

Le jury distinguera les meilleures nouvelles ou bande-dessinées sur le thème des ondes gravitationnelles et des trous noirs.

Photo « dans l’œil du trou noir »

Réalisez des prises de vue inédites avec un smartphone ou une tablette grâce à l’application Pocket Black Hole.

Entendre une onde gravitationnelle

Sur un enregistrement prévu à cet effet, repérez le son caractéristique émis par la coalescence de deux trous noirs dans un environnement bruyant.

Fil d'actus

Pour aller plus loin

Les ondes gravitationnelles

Virgo et le détecteur Virgo avancé

Ligo

Détections GW150914 et GW151226

Trous noirs

Exemples de présentations faites dans les lycées

Sur Wikipedia

Divers

Crédits et mentions légales

Crédits

CNRS - Centre national de la recherche scientifique

Coordination du projet

Site web

Photos / Vidéo

Accueil

Black Hole Waves Simulation

© Animation crée par SXS. The Simulating eXtreme Spacetimes (SXS) project. California Institute of Technology / California State University Fullerton / Canadian Institute for Theoretical Astrophysics / Cornell University / Max Planck Institute for Gravitational Physics / Oberlin College / Washington State University

Légende : Cette simulation décrit l’apparition, il y a 1,3 milliards d’années, des ondes gravitationnelles découvertes par LIGO le 14 septembre 2015. Les ondes sont générées par deux trous noirs qui tournent l’un autour de l’autre avant d’entrer en collision et de fusionner. Dans les zones en vert clair, les ondes dilatent l’espace; dans celles en vert foncé, elles le compriment. Au fur et à mesure que les trous noirs se rapprochent, les ondes deviennent plus puissantes et l'intervalle qui les sépare se réduit, causant ce que les scientifiques appellent un « gazouillis ». Les deux trous noirs entrent en collision et fusionnent en un nouveau trou noir, entraînant les ondes dans un crescendo. Le trou noir ainsi formé vibre brièvement, puis s’arrête et cesse de produire des ondes. Toutes les ondes proviennent de l’environnement immédiat du trou noir et parcourent l’univers, révélant la collision des trous noirs.

La soirée

© Guillaume GRONOFF/INSU/LPG/CNRS Photothèque

Légende : Aurore boréale, avec l'émission principale de l'oxygène dans la raie rouge, observée sur l'île de Svalbard (Spitzberg) en Norvège, à 79° de latitude Nord. Pour la première fois, étude d'un phénomène de polarisation de la lumière provenant de la haute atmosphère boréale, réalisée dans la zone aurorale. L'aurore se superpose à la constellation de Persée. Au centre, on distingue la comète Holmes, le double amas de Persée et vers la droite, la galaxie d'Andromède.

Les concours

© Cyril FRESILLON/Virgo/CNRS Photothèque

Légende : Intérieur du bras ouest de 3 km dans lequel circule l’un des deux faisceaux du laser infrarouge de l’interféromètre Virgo à Cascina près de Pise, en Italie. Un deuxième bras perpendiculaire à celui-ci permet la propagation d’un second faisceau. Chaque galerie contient un tube à vide de 120 cm de diamètre dans lequel le faisceau circule sous ultra-vide. La source lumineuse initiale est divisée en deux faisceaux grâce à une lame séparatrice. Au bout de chaque galerie, des miroirs renvoient le laser vers la séparatrice où ils interfèrent. La mesure de ces interférences sur une photodiode permet de détecter les déformations de l’espace générées par le passage des ondes gravitationnelles. Virgo est un détecteur d’ondes gravitationnelles qui a pour objectif de mesurer ces déformations.

Fil d'actus

©  Romain BONNAND/Virgo/CNRS Photothèque

Légende :Banc optique dans le bâtiment nord de l’interféromètre Virgo à Cascina près de Pise, en Italie. Il est tout juste inséré dans son enceinte à vide et sera ensuite suspendu. Ce banc optique permettra notamment d’observer le faisceau laser infrarouge sortant du bras nord de Virgo, pour contrôler en temps réel les positions des miroirs principaux de cette expérience et mesurer le signal d’onde gravitationnelle. Mis au point par le LAPP (Laboratoire d’Annecy le Vieux de physique des particules) dans le cadre du projet Advanced Virgo, il contribuera à améliorer la sensibilité de Virgo d’un facteur 10, offrant ainsi la possibilité d’explorer un volume d’Univers mille fois plus important. Virgo est un détecteur d’ondes gravitationnelles qui mesure les déformations de l’espace générées par le passage de ces ondes. Ces dernières sont produites par des phénomènes violents dans l’Univers comme des explosions d’étoiles ou des collisions de trous noirs.

Pour aller plus loin

© Cyril FRESILLON/LMA/CNRS Photothèque

Légende :Essuyage d’une optique compensatrice (340 mm de diamètre et 100 mm d’épaisseur) utilisée par les interféromètres d’Advanced Ligo. Il s’agit de détecteurs d’ondes gravitationnelles situés aux Etats-Unis. L’optique a préalablement été passée dans différents bains de lavage par ultrasons, de rinçage et de séchage. Cette étape finale d’essuyage permet de retirer manuellement les traces résiduelles d’eau sur la tranche. Le nettoyage dans des bains est réalisé avant chaque dépôt, avant un traitement thermique et avant le conditionnement de l’optique pour son expédition. En Italie, le détecteur d’ondes gravitationnelles Advanced Virgo est équipé d’optiques similaires mais leur épaisseur est deux fois moindre. USR3264 LABORATOIRE DES MATERIAUX AVANCES 20160007_0013

Mentions légales

Protection des informations nominatives

Ce site Web, qui comporte des informations nominatives concernant notamment les personnels du CNRS et de ses partenaires, a fait l'objet d'une déclaration auprès de la CNIL (avis n° 650931). Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'Informatique, aux fichiers et aux Libertés (articles 38, 39, 40), vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant, en ligne sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez vous adresser au webmaster.

Clause de non-responsabilité

La responsabilité du CNRS ne peut, en aucune manière, être engagée quant au contenu des informations figurant sur ce site ou aux conséquences pouvant résulter de leur utilisation ou interprétation.

Propriété intellectuelle

Ce site est une œuvre de création, propriété exclusive du CNRS, protégé par la législation française et internationale sur le droit de la propriété intellectuelle. Aucune reproduction ou représentation ne peut être réalisée en contravention avec les droits du CNRS issus de la législation susvisée.

Liens hypertextes

La mise en place de liens hypertextes par des tiers vers des pages ou des documents diffusés par le CNRS, est autorisée sous réserve que les liens ne contreviennent pas aux intérêts du CNRS, et, qu'ils garantissent la possibilité pour l'utilisateur d'identifier l'origine et l'auteur du document.

Cookies et statistiques

En vue d’adapter le site aux demandes de ses visiteurs, nous mesurons le nombre de visites, le nombre de pages vues ainsi que de l'activité des visiteurs sur le site et leur fréquence de retour.

Piwik, l'outil de statistiques utilisé par le CNRS, génère un cookie avec un identifiant unique, dont la durée de conservation est limitée à 13 mois.

Nous collectons également votre adresse IP, afin de déterminer la ville depuis laquelle vous vous connectez. Celle-ci est immédiatement anonymisée. Le CNRS ne peut donc en aucun cas remonter par ce biais à une personne physique.

Les données recueillies sont conservées par le CNRS pour une durée de 6 mois et ne sont pas cédées à des tiers ni utilisées à d'autres fins.