Choc anaphylactique : les anticorps IgG et les neutrophiles, des acteurs inattendus

Biologie
Santé

Le choc anaphylactique, réaction allergique exacerbée pouvant entrainer la mort, peut être causé notamment par l’usage de médicaments lors d’une opération chirurgicale. Dans la plupart de ces réactions extrêmes, on peut constater chez les patients des signes d'activation cellulaire par des anticorps de type IgE. Cependant 10 à 20% des chocs anaphylactiques ne présentent aucun signe de l’activation de cette voie IgE-dépendante. Des équipes de l’Institut Pasteur, de l’Inserm, de l’AP-HP, du CNRS, de l’université Paris-Sud et Sorbonne université sont parvenus à identifier un nouveau mécanisme d’action responsable de ces chocs jusqu’à présent inexpliqués, impliquant des polynucléaires neutrophiles activés par des anticorps de type IgG. Ces résultats, publiés le 10 juillet dans la revue Science Translational Medicine, permettront une meilleure prise en charge du diagnostic des patients qui ont subi ce type de choc.

Bibliographie

An IgG-induced neutrophil activation pathway during human drug-induced anaphylaxis. Friederike Jönsson, Luc de Chaisemartin, Vanessa Granger , Aurélie Gouel-Chéron, Caitlin M. Gillis, Qianqian Zhu, Fadia Dib, Pascale Nicaise-Roland, Christelle Ganneau, Maria Hurtado-Nedelec, Catherine Paugam-Burtz, Skander Necib, Hawa Keita-Meyer, Matthieu Le Dorze, Bernard Cholley, Olivier Langeron, Laurent Jacob, Benoit Plaud, Marc Fischler, Caroline Sauvan, Marie-Thérèse Guinnepain, Philippe Montravers, Michel Aubier, Sylvie Bay, Catherine Neukirch, NASA study group, Florence Tubach, Dan Longrois, Sylvie Chollet-Martin and Pierre Bruhns. Science Translational Medicine, 10 juillet 2019.

 

 

Contact

Alexiane Agullo
Attachée de presse CNRS