ERC Consolidator 2019: la France en 3e position, le CNRS premier organisme européen

Recherche International

Avec 20 lauréats aux ERC Consolidator 2019, le CNRS reste le premier établissement d’accueil en Europe.

En 2019, le Conseil européen de la recherche (ERC) financera 301 chercheurs en Europe à travers ses "ERC Consolidator grant", pour un montant total de 600 millions d'euros tirés du programme cadre H2020.

Ces bourses, qui soutiennent le meilleur de la recherche exploratoire dans trois grands domaines—sciences humaines et sociales, physique et ingénierie et sciences de la vie—récompensent des porteurs de projets en Europe ayant obtenu leurs doctorats 7 à 12 ans auparavant. Les bourses "consolidators" (jusqu’à 2,75 millions d’euros) se situent entre les bourses "starting"(jusqu’à 2 millions d’euros)—2 à 7 ans après le doctorat—et "advanced" (jusqu’à 3,5 millions d’euros), qui visent les chercheurs confirmés. Elles sont attribuées une fois par an pour une durée de 5 ans à des scientifiques issus de tous les pays du monde, mais devant accomplir leurs travaux de recherche dans un pays européen ou associé.
image

Avec 301 lauréats (dont 31% de femmes) sur 2453 projets soumis, le taux d'attribution des bourses consolidators en 2019 est de 12.3%, stable par rapport à 2018.

Cette année, la France arrive en troisième position avec 43 lauréats, contre 32 en 2018, hébergés dans des institutions françaises, derrière l'Allemagne (52) et le Royaume-Uni (50). Le CNRS porte 20 de ces projets devant l'Inserm (7), le CEA (3), Sorbonne Université (2), Inria (2), et l'Université Grenoble-Alpes (2).
Tableur ERC

Coté institution, et comme l'année dernière, le CNRS est la premiere institution d'accueil en Europe (avec 20 lauréats), suivi de l'université d'Oxford (9), Inserm (7) ou encore l’université d'Amsterdam (6).

Au CNRS, les lauréats des divers instituts (voir infographie) se répartissent ainsi: 15 projets en physique et ingénierie, 3 en SHS et 2 en sciences de la vie.

Graph ERC

Quatre questions à Primavera de Filippi, lauréate ERC Consolidator 2019.

Votre projet, BockchainGov, a été retenu pour une bourse ERC consolidator. De quoi s'agit-il ? 
Primavera de Filippi1: Il s'agit d'un projet interdisciplinaire pour étudier l'impact de la technologie blockchain sur les modèles de gouvernance. Comment utiliser cette technologie pour améliorer la confiance dans nos institutions et fournir plus de transparence aux citoyens? Permet-elle de créer des modèles de gouvernance communautaire plus inclusifs, participatifs et moins hiérarchiques? A plus long terme, le projet ira étudier comment la blockchain peut faciliter la coopération internationale: faciliter l'interaction entre les gouvernements, les ONGs, et d'autres acteurs du secteur public et privé, dont il est aujourd’hui difficile de bien coordonner les actions.

C'est votre premier projet ERC ? Comment allez vous dépenser les 2 millions d'euros attribués sur 5 ans ?
Primavera de Filippi : J'avais déjà participé à un projet financé par l'ANR, ainsi qu’à un projet Européen FP7 avec un consortium de 6 partenaires pour étudier les modèles de gouvernance adoptés par des communautés en ligne opérant dans une optique de “communs”. C’est la première fois que je candidate à une bourse ERC. Le dossier a demandé beaucoup de travail, mais le processus de rédaction a été très fructueux et m’a permis de cristalliser mes idées. Ce financement Européen est important car il va me permettre de mettre en place un groupe de recherche interdisciplinaire pour avancer dans ma recherche, sur des sujets qui ne sont aujourd’hui pas encore suffisamment explorés ni dans le secteur privé, ni dans le domaine académique. Le montant exact de cet ERC Consolidator est de 1,997 millions d'euros. L’argent sera essentiellement dépensé pour embaucher 3 post-doctorants et 3 doctorants, sur une durée de 5 ans. Ces chercheurs seront surtout des juristes et des politologues, ainsi qu’un sociologue spécialisé en ethnographie. Bien que le projet se concentrera sur l’observation et l’analyse des implications sociales, politiques, et juridiques de la blockchain, il sera aussi nécessaire d'interagir à la fois avec les ingénieurs qui développent ces technologies, qu’avec les décideurs et représentants d'organisations internationales et d'institutions. Comme c'est un projet très interdisciplinaire, un montant a été alloué pour organiser trois workshops ou “focus groups” par an, afin de réunir des acteurs externes au projet, comme des ingénieurs notamment, mais aussi des scientifiques, des praticiens et des régulateurs. De plus, un budget de 50,000 euros servira à inviter des "visiting scholars" qui passeront 2 semaines dans notre laboratoire, le CERSA, afin d'intégrer le groupe de façon temporaire. 

 

image
Primavera De Filippi en Février 2016 à la conférence Lift à Genève © liftconferencephotos

 

Quels sont les résultats attendus ?
Primavera de Filippi : Il y a deux typologies de résultats: les publications scientifiques bien sûr, mais aussi des "délivrables" plus pratiques, tel qu’un guide de meilleures pratiques destiné aux communautés blockchain pour les orienter vers des modèles de gouvernance plus décentralisés, ainsi que des recommandations destinées aux institutions pour les aider à comprendre comment intégrer ces technologies au sein de leurs systèmes informatiques, et mieux en comprendre les enjeux. Et puis, aussi, des rapports pour guider les régulateurs dans leur activités, pour qu'ils ne voient pas la technologie blockchain uniquement comme un objet de régulation, mais aussi comme un outil de régulation.

Pour terminer, quel est le point le plus positif que la technologie blockchain pourrait avoir sur nos institutions ?
Primavera de Filippi : Comme nous pouvons le voir un peu partout dans le monde, la désillusion des citoyens envers les institutions publiques ou privées est un réel problème politique aujourd'hui. La blockchain pourrait contribuer à changer notre relation avec ces institutions, en les rendant plus transparentes et responsables envers les citoyens, ce qui renforcerait notre confiance en elles.  

 

Voici la liste des lauréats CNRS

Lauréats ERC Consolidator 2019

  • 1. Chercheuse au CERSA (unité mixte du CNRS et de l’Université Paris II) et chercheuse associée au Berkman-Klein Center for Internet & Society (Université de Harvard).