© Frédérique PLAS / SYRTE / CNRS Photothèque

Arnaud Landragin

Médaille de l’innovation du CNRS

Arnaud Landragin, des capteurs ultra précis pour des applications en géosciences

Arnaud Landragin, directeur de recherche du CNRS et directeur du laboratoire Systèmes de référence temps-espace1, utilise le principe quantique de dualité onde-corpuscule pour séparer par laser un atome en deux ondes.

La gravité modifie la propagation de ces deux ondes et peut alors être mesurée après leur recombinaison. Arnaud Landragin conçoit grâce à cela des gravimètres à atomes froids absolus, qui sont commercialisés par la société Muquans, qu’il a cofondée. Il a également simplifié ces systèmes avec un réflecteur pyramidal : une série de miroirs qui permettent à seulement deux lasers de remplir la tâche de six. Ces appareils trouvent des applications dans la mesure des accélérations, des champs de pesanteur ou encore, à partir de leur impact sur la gravité locale, pour sonder fluides et matériaux présents dans les sous-sol. « J’ai toujours essayé de valoriser même mes résultats les plus fondamentaux » souligne Arnaud Landragin, grâce à qui la communauté française est aujourd’hui extrêmement bien positionnée dans le domaine du « quantum sensing » avec l’enjeu d’industrialiser à l’horizon 2030 une nouvelle génération de capteurs exploitant pleinement les propriétés d’intrication offertes par la physique quantique.

  • 1. Syrte (CNRS/Sorbonne Université/Observatoire de Paris-PSL). Le laboratoire Syrte a également des liens forts avec le LNE.