© Laurent Thion/Ecliptique

Julie GrollierChercheuse en physique

Médaille d’argent du CNRS

Responsable de l’équipe Nanocomposants pour le traitement cognitif de l’information de l’Unité mixte de physique CNRS/Thales1 et, au niveau national, du groupement de recherche BioComp.

En 2009, j’ai lu un article sur des nanocomposants memristors imitant les synapses du cerveau. Fascinée, j’ai voulu réfléchir à la plus-value que pouvait apporter ma spécialité, la spintronique, à ce domaine de recherche.  J’ai rencontré des scientifiques de disciplines différentes, qui se sont avérés également passionnés par les possibilités qu’amènent les nano-composants et la physique pour développer des puces inspirées du cerveau. Ces interactions avec des informaticiens, des neuroscientifiques, des mathématiciens et des électroniciens m’ont inoculé le virus de l’interdisciplinarité. Mes recherches aujourd’hui, entre physique et intelligence artificielle, ont pour objectif de réaliser des puces électroniques « vertes », intelligentes, utiles et à très faible consommation électrique.

  • 1. CNRS/Thales

CV

  • 2003 : Doctorat en sciences des matériaux de l’université Pierre et Marie Curie (Unité mixte de physique CNRS/Thales)
  • 2006 : Entrée au CNRS - Chargée de recherche de l’Unité mixte de physique CNRS/Thales
  • 2010 : Bourse ERC Starting Grant NanoBrain
  • 2015 : Directrice de recherche à l’Unité mixte de physique CNRS/Thales
  • 2016 : Bourse ERC Consolidator Grant bioSPINspired