© Gipsa-lab/Isabelle Maugis

Pierre ComonChercheur en sciences des données

Médaille d’argent du CNRS

Spécialiste en conception d’outils théoriques et développement d’algorithmes pour extraire des informations cachées dans des données au laboratoire Grenoble images parole signal automatique1.

Peu après mon recrutement au sein du groupe Thales en 1988, ma mission a été de comprendre le fonctionnement d'un algorithme neuro-mimétique capable de séparer deux signaux. J'ai pu expliquer cet algorithme « mystérieux » par son recours implicite aux cumulants, quantités mesurant l'indépendance statistique. Ces recherches m'ont conduit à définir le concept d’Analyse en composantes indépendantes en 1991. Je me suis par la suite intéressé à des données plus générales de type tensoriel, dont les cumulants sont des cas particuliers. La décomposition de ces tenseurs permet d'expliquer les données ou de les compléter quand elles manquent. Le champ des applications potentielles s'en est trouvé étendu, et inclut notamment la santé, l'environnement, les télécommunications, ou même les réseaux sociaux.

 

CV

  • 1986-1987 : Post-doctorat à l’université Stanford (États-Unis) (Laboratoire information systems)
  • 1988 : Recrutement au sein du groupe Thomson, devenu Thales
  • 1995: Habilitation à diriger les recherches de l’université de Nice
  • 1998 : Entrée au CNRS - Directeur de recherche au Laboratoire d'informatique, signaux et systèmes de Sophia Antipolis2
  • 2013- 2018 : Bourse ERC advanced grant : Tensor Data Analysis, with applications to Health and Environment
  • 1. CNRS/Grenoble INP/Université Grenoble Alpes
  • 2. Université Nice Sophia Antipolis/CNRS/INRIA