© CNRS/Vanessa Cusimano

Rémi MounierChercheur en biologie

Médaille de bronze du CNRS

Chercheur en biologie au sein de l’équipe Environnement des cellules souches musculaires et homéostasie du muscle strié squelettique de l’Institut Neuromyogène1 à Lyon.

La lecture du livre Autoportrait de l’auteur en coureur de fond par Haruki Murakami fut la confirmation de ce que je pensais du métier de chercheur. Dans ce roman, l’auteur japonais décrit comment la pratique de la course à pied lui permet de cultiver sa patience, sa persévérance et d’autres qualités requises pour un romancier, comme la ténacité et la capacité de concentration. En résumé, courir devient une métaphore de son travail d’écrivain. Le parallèle avec le travail d’un chercheur me semble pertinent. Dès lors, nous pouvons poursuivre l’exercice de style en mettant en avant d’autres qualités intrinsèques au métier de chercheur comme la nécessaire gestion de l’échec et la capacité à pratiquer cette activité individuelle de façon collective.

 

  • 1. Université Claude Bernard/CNRS/Inserm

CV

  • 2004 : Doctorat en biologie/physiologie de l’Université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand (Laboratoire de biologie et de physiologie de l'exercice2)
  • 2005-2006 : Post-doctorat au Centre of Inflammation and Metabolism (Danemark)
  • 2010 : Entrée au CNRS - Chargé de recherche à l’Institut Cochin3 à Paris
  • 2014 : Chargé de recherche au Centre de génétique et de physiologie moléculaire et cellulaire à Villeurbanne, devenu l’Institut Neuromyogène
  • 2016 : Création de l’Institut Neuromyogène
  • 2. Université Blaise Pascal à Clermont- Ferrand
  • 3. CNRS/Inserm/Université Paris Descartes