CNRS Innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Partenariats et stratégie

SMMIL-E : implantation du prestigieux institut des sciences industrielles de l'université de Tokyo en France

Le projet SMMIL-E (Seeding microsystems in medicine in Lille european japanese technologies against cancer) permettra une détection plus efficace des cancers, une efficacité renforcée des thérapies et une meilleure prise en charge du suivi post-traitement des patients.

Le CNRS, l’université Lille 1, l’université de Tokyo et le Centre Oscar Lambret ont signé une convention de partenariat scientifique conduisant à la création d’un laboratoire commun international CNRS/Université de Tokyo, le laboratoire pour les systèmes micromécatroniques intégrés. Le projet SMMIL-E s’appuie sur le transfert et le développement des Bio-MEMS, des dispositifs extrêmement miniaturisés permettant la caractérisation de biomolécules (ADN, protéines), l’isolation de cellules uniques et la croissance de tissus cellulaires in vitro, issus de l’Institut des sciences industrielles de l’université de Tokyo. Pour que les recherches aient un réel impact sur la lutte contre le cancer, ces technologies seront installées au sein d’une nouvelle plateforme de l’Université de Tokyo qui sera localisée au sein du pôle hospitalo-universitaire, au Centre Oscar Lambret, afin d’être au plus près des équipes médicales. Cette initiative est la première implantation de recherche de l’Institut des sciences industrielles de l’université de Tokyo hors du Japon.

Au Japon, l’usage et le développement des microsystèmes dans le domaine de la biologie et de la santé connaît un essor considérable. Leur niveau de maturité technologique leur permet maintenant d’être intégrés à des protocoles de recherche clinique. Les technologies transférées du Japon se placent dans le prolongement des technologies avancées de l’Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie (CNRS/Université Lille 1/Université Valenciennes/ISEN Lille) et créent ainsi un continuum vers la biologie et les applications médicales. Les programmes de recherche développés dans cette plateforme seront en lien avec les défis scientifiques du Sites français de Recherche Intégrée sur le Cancer, le SIRIC ONCOLille, groupement d’intérêt scientifique, qui soutient et accompagne les acteurs lillois de la recherche et du soin en cancérologie.

Les objectifs de ce projet sont nombreux :

  •  détection en amont de cellules tumorales circulantes, isolation et analyses,
  •  recherche in vitro sur les mécanismes métastatiques,
  •  études des mécanismes biophysiques de dégradation d’ADN sous radiothérapie,
  •  culture et localisation de cellules pour l’analyse de leur dormance tumorale,
  •  croissance de néo tissus cellulaires pour la cicatrisation post chirurgicale.

Cette plateforme constituera un observatoire privilégié permettant de mesurer l’impact sociétal des biotechnologies considérées comme l’une des six technologies clés génériques dans le cadre européen Horizon 2020. L’interdisciplinarité du projet favorisera l’innovation, la production de propriété intellectuelle et la génération de transferts de technologie vers les partenaires des industries concernées.

Dans un premier temps, le Centre Oscar Lambret accueillera les équipes de chercheurs japonais au sein de sa structure. A l’horizon 2018, un nouveau bâtiment de 1000m² sera construit dans son enceinte et sera composé : 

  • d’une salle de réalisation de microsystèmes pour la biologie et la santé, à empoussièrement contrôlée et thermo-régulée, de plateaux d’expérimentation des bio-MEMS pour les tests biologiques et médicaux,
  • d’un espace technique de stockage et de montage,
  • d’un espace d’échange scientifique pluridisciplinaire.

     

 

 

Contact :

Dominique Collard / Co-directeur du Laboratoire pour les systèmes micromécatroniques intégrés / T. + 33 3 54 52 84 94 / collard@iis.u-tokyo.jp