CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Partenariats et stratégie

Le CNRS et Safran signent un nouvel accord-cadre

Le CNRS et Safran signent un nouvel accord-cadre qui prolonge et renforce le partenariat signé en 2008. De nombreux projets de recherche collaborative s’appuient sur ces accords, renforçant ainsi le lien historique entre les deux partenaires.

illustration

Safran entretient des relations historiques avec le CNRS. Ce partenariat a débuté avec la signature, en 1993 et 1998, de deux conventions-cadres avec Snecma, l’une des sociétés de Safran. Il a ensuite été renforcé avec l’accord-cadre du 5 décembre 2008, conclu cette fois au niveau du Groupe.

Cet accord a été le point de départ de nombreux projets de recherche collaborative. Ainsi, entre 2008 et 2014, plus de 250 contrats de collaboration de recherche ont été signés entre Safran. À ce jour, plus de 110 laboratoires du CNRS, répartis sur l’ensemble du territoire français, ont déjà tissé des liens étroits avec Safran en participant à des projets scientifiques allant de la physique des matériaux à la simulation numérique, en passant par le stockage de l’énergie et la chimie.

Les collaborations entre le CNRS et Safran vont jusqu’à la forme la plus intégrée de recherche partenariale, le laboratoire commun. Cette forme de partenariat, en plein essor, permet une meilleure coordination de la collaboration entre deux partenaires et leur offre une visibilité accrue, ainsi qu’une meilleure capacité de réponse aux appels à projet (ANR, H2020, etc.).

Ainsi, le laboratoire commun Composites thermostructuraux (CNRS/Safran/CEA/Université de Bordeaux) a été créé en 1988. Il est devenu, au niveau mondial, l’un des principaux laboratoires de recherche consacrés aux composites à matrices céramiques. Il conduit des recherches sur les fibres et les matrices céramiques en vue de repousser les températures limites d’emploi. Son effectif, d’environ 80 personnes, est de provenance et de formations très diverses : enseignants-chercheurs de l’université Bordeaux 1, chercheurs du CNRS, ingénieurs de recherche détachés par Safran et le CEA, doctorants et stagiaires.

En novembre 2013, Safran s’est également engagé dans un nouveau laboratoire commun, IPES, avec le laboratoire Ampère (CNRS/INSA de Lyon/Ecole Centrale de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1) afin de développer des recherches sur l’intégration de puissance en environnement sévère.

Par ailleurs, le CNRS est représenté au sein du conseil scientifique de Safran, présidé par le physicien Mathias Fink, de l’Institut Langevin « ondes et images » (CNRS/ESPCI Paristech). Trois autres chercheurs travaillant dans des laboratoires du CNRS sont également membres de ce conseil : Alain Aspect, chercheur au Laboratoire Charles Fabry (CNRS/Institut d'optique graduate school), Philippe Marcus, chercheur à l’Institut de recherche de chimie Paris (CNRS/ChimieParisTech), et Albert Benveniste, chercheur à l’Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires (CNRS/Université Rennes 1/INSA Rennes/Inria/ENS Cachan/Télécom Bretagne/Université de Bretagne-Sud).

Le nouvel accord-cadre signé entre les deux partenaires doit permettre, au travers d’échanges collaboratifs, d’intensifier les efforts de recherche pour nourrir l’innovation et répondre aux grands défis industriels de demain. Les collaborations engagées dans le domaine de l’ingénierie, des matériaux et des systèmes visent à faire progresser les connaissances scientifiques nécessaires au développement et à la réalisation de la performance de l’industrie, contribuant ainsi à en améliorer la compétitivité et à ouvrir de nouveaux territoires de croissance. Safran pourra s’appuyer sur ce partenariat stratégique pour asseoir ses positions sur les marchés des moteurs d’avions civils, des trains d’atterrissage, des roues et freins carbone, des commandes de vol ou encore de la technologie multi-biométrique.

A propos de Safran

Contact :
Karine Wecker-Blanda / Direction de la communication du CNRS / T. + 33 1 44 96 40 21 / karine.wecker-blanda@cnrs-dir.fr