CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Start-up

Greenerwave : prise de participation inédite de FIST SA, filiale de valorisation historique du CNRS

Pour la première fois de son histoire, FIST SA vient de procéder à un investissement en numéraire dans une start-up issue des recherches d’un de ses laboratoires, l’Institut Langevin1. Aux côtés du fonds d’investissement Kima Ventures, FIST SA vient de s’inscrire au capital de la start-up Greenerwave, qui développera des miroirs intelligents améliorant significativement la qualité des communications sans fil.

illustration

Début janvier, FIST SA est entrée en numéraire au capital de cette société fondée en novembre 2015 par Mathias Fink et Geoffroy Lerosey, de l’Institut Langevin1. Greenerwave valorise une famille de brevets2 issue des travaux de recherche de ces chercheurs et portant sur un dispositif de réflexion miroir apte à diriger ou focaliser une onde radio. Une licence d’exploitation de cette famille de brevets a également été signée en parallèle de l’augmentation de capital. Eric Labarre, spécialiste en développement des affaires, gestion de projet et ingénierie des systèmes, co-fondateur a pris la tête de la société. L’objectif de Greenerwave  est de développer des miroirs intelligents capables, sans nouvelle émission d’ondes, d’améliorer la qualité du signal de communication par concentration des ondes existantes en un point donné.

La prise de participation du CNRS au capital de start-up issues de ses laboratoires s’opérait d’ordinaire par la conversion des créances auprès de FIST  SA en actions de société.  Mais le CNRS, via sa filiale, a souhaité investir en numéraire pour la première fois en raison de l’opportunité du projet de Greenerwave, sa qualité scientifique, le marché visé et la perspective de créer des emplois. L’association concomitante d’un second investisseur de poids - Kima Ventures - a également joué en faveur de ce projet. Le fonds d’investissement de Xavier Niel, fondateur de Free, a procédé simultanément à un investissement équivalent au capital de la start-up. Cette première levée de fonds servira à mettre au point, d’ici 18 à 24 mois, un prototype préindustriel de miroir intelligent, sur la base du démonstrateur existant à l’Institut Langevin.

Alors que le marché des réseaux de télécommunications et leur utilisation se développent de façon exponentielle, la qualité des communications, et notamment la couverture réseau, n’est pas toujours à la hauteur des attentes des utilisateurs. Greenerwave entend pallier les variations de réception des objets connectés et améliorer significativement la qualité du signal. Les miroirs intelligents développés par la start-up agiront sur le déphasage des ondes de tout signal de communication (GSM, 2G, 3G, 4G, LTE, WiFi) existantes et réfléchies dans une pièce, pour les concentrer en un point donné. Ils seront capables de différencier la fréquence des ondes présentes pour cibler chaque opérateur de réseau. Intégrés aux matériaux de construction (murs, panneaux d’isolation, etc.) et à des milieux complexes (avions, trains, etc.), ils offriront une réponse aux problématiques de gestion et de coût des réseaux (notamment dans les zones mal couvertes), de multiplication des ondes dans l’environnement et leurs possibles effets sur la santé. Contrairement aux principaux produits concurrents, souvent plus polluants – les répartiteurs WiFi et les Femto Cells – les miroirs intelligents de Greenerwave proposeront l’argument-choc de ne pas générer de nouvelles ondes.

Greenerwave cible le marché en pleine expansion des communications sans fil au sein des bâtiments et celui des bâtiments/villes intelligents. La société s’appuiera dans un premier temps sur l’expertise de ses membres fondateurs. Mathias Fink, chercheur de renommée internationale, dispose d’une forte expérience en matière de transfert de technologie et de création d’entreprise. Il a notamment été à l’origine de la start-up Sensitive Object, rachetée depuis par TYCO Electronics, et de Supersonic Imaginecotée en bourse, et pour lesquelles FIST SA est entrée au capital de façon classique. Geoffroy Lerosey, spécialiste des métas matériaux, de leur mise en œuvre et de la propagation des ondes dans des environnements complexes, a réalisé le démonstrateur sur lequel se fonde le projet de Greenerwave .

Le prototype préindustriel développé comportera un module primaire et des modules attachés. D’une taille de 0,25 ou 0,125 m2 pour une épaisseur de 0,5 à 1 cm, ce miroir rigide servira à démontrer la faisabilité du projet et à valider le concept sur des ondes commerciales de télécommunication. Une levée de fonds plus significative interviendra par la suite pour répondre aux attentes industrielles. A moyen terme, des déclinaisons du produit plus orientées vers le grand public seront envisagées, telles que des miroirs intégrés dans des cadres photo.

Un accord-cadre a été signé entre le CNRS, l’Université Paris Diderot et la société Greenerwave pour accentuer le caractère collaboratif de ce projet et s’assurer un renforcement de la propriété industrielle licenciée.

1 Institut Langevin (CNRS/ESPCI ParisTech/UPMC/Université Paris Diderot/Inserm).

2 Brevet prioritaire français référencé FR13 58955 (CNRS/Université Paris Diderot) déposé le 18 septembre 2013.

 

 

 

Contacts : 

Eric Labarre / Greenerwave / eric.labarre@greenerwave.com

Karine Wecker-Blanda / Direction de la communication du CNRS / karine.wecker-blanda@cnrs-dir.f