CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Start-up

Fluigent industrialise la microfluidique

Le pionnier des équipements de contrôle des écoulements microfluidiques a son origine au sein de l'équipe Macromolécules et microsystèmes en biologie et en médecine de l’Unité physico-chimie Curie1. Coordonnateur du projet européen HoliFAB qui vise la production industrielle de systèmes microfluidiques, il continue de développer des solutions pour accélérer la recherche et développe des composants destinés aux fabricants d'instruments de diagnostic et d'analyse.

illustration

Les puces microfluidiques, parcourues de canaux de taille micronique, sont des outils innovants pour la recherche et ouvrent la voie à la création de nouveaux instruments d'analyse ou de diagnostic. Mais l'une des principales difficultés est de contrôler la circulation des fluides à l'intérieur des microcanaux. C'est ce qu'avait compris très tôt Jean-Louis Viovy, responsable de l'équipe Macromolécules et microsystèmes en biologie et en médecinede l’Unité physico-chimie Curie1. Les chercheurs, dont l'objectif était l'analyse de séquence d'ADN, ont mis au point et breveté un dispositif de contrôle de la pression du fluide dans les microcanaux, qui a débouché en 2006 sur la création de la start-up Fluigent.

L'entreprise a maintenant à son catalogue une palette d'équipements (pompes, vannes, capteurs de débit, etc.), qui tous visent à contrôler l'écoulement des fluides dans les microcanaux et par conséquent la fonction de la puce microfluidique. Ainsi, le contrôle des différents flux est l'élément décisif pour la génération de milliers de microgouttes par seconde, opération qui permet par exemple à la recherche pharmaceutique de tester à très haut débit des molécules actives ou de nouvelles formulations. Pour ce type d'application très prometteuse, Fluigent développe des solutions complètes de génération de microgouttes (puce microfluidique et équipements de contrôle). « La technologie microfluidique arrive à maturité et nous allons proposer des instruments spécifiquement dédiés à certaines applications, notamment pour la recherche en biologie », indique France Hamber, P-DG de Fluigent.

Un autre axe de développement de l'entreprise est la vente de composants à des équipementiers qui veulent intégrer des technologies microfluidiques dans de nouvelles générations d'instruments, pour l'analyse biologique ou la mesure de la qualité de l'eau, par exemple. Cette voie devrait conduire à des marchés de grands volumes. La production industrielle d'équipements microfluidiques est précisément l'objectif du projet européen HoliFAB. Doté d'un budget de plus de 9 millions d'euros, HoliFAB, qui réunit une dizaine de partenaires, dont le CNRS2, a pour objectif d'adapter les technologies d'impression 3D à la production de puces microfluidiques. La résolution sera améliorée d'au moins un facteur dix et le projet étudiera l'introduction de cellules biologiques dans les « encres » d'impression, dans le but de créer des « organes sur puce »3. HoliFAB doit également mettre en place une ligne pilote de fabrication de puces microfluidiques en grandes séries, reposant sur le moulage par injection.

Fluigent est aujourd'hui une entreprise de 35 personnes, avec des ventes en forte croissance (+25 % par an). Elle possède deux filiales internationales, aux États-Unis et Allemagne, ainsi que des distributeurs dans de nombreux pays. Ses instruments sont utilisés dans les meilleurs laboratoires de recherche du monde. L'entreprise consacre 30 % de son chiffre d'affaires à la recherche.

 

1 CNRS/Institut Curie/Sorbonne Université

2 Deux laboratoires du CNRS participent au projet HoliFAB : le laboratoire Macromolécules et microsystèmes en biologie et en médecine (CNRS/Sorbonne Université/Institut Curie) et le LAAS (CNRS)

3 En introduisant des cultures cellulaires dans des circuits microfluidiques, il devient possible de simuler une unité représentative de sa physiologie (par exemple une alvéole pulmonaire). Ces «organes sur puce » visent notamment à réaliser des tests de médicaments in vitro.

Contact :

France Hamber / Fluigent / France.hamber@fluigent.com