CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Laboratoires communs

FiT, pour lutter contre la criminalité financière

Le Laboratoire d'informatique de Paris 61 et la société Bleckwen2 ont créé le laboratoire commun FiT, soutenu par l'ANR, pour développer des technologies permettant de mieux détecter des anomalies dans les transactions financières (fraudes et blanchiment d'argent, par exemple).

illustration

Pour lutter contre la criminalité financière, qu'il s'agisse de fraudes ou de blanchiment d'argent, la difficulté est de repérer une anomalie parmi des quantités massives de transactions. Les banques, les institutions financières et les gouvernements manquent d'outils efficaces pour contrer ce fléau mondial. Le nouveau laboratoire commun entre la société Bleckwen et le Laboratoire d'informatique de Paris 6 va développer des technologies qui permettront d'améliorer sensiblement la détection des anomalies dans les transactions financières.

Aujourd'hui, la plupart des outils utilisés pour la détection d'anomalies se focalisent, soit sur la structure des échanges (les liens entre les comptes concernés), soit sur des séries temporelles (les évolutions du nombre de transactions). Combiner les deux méthodes augmenterait l'efficacité de la détection, mais se révèle difficile en partant des outils existants. Une équipe du Laboratoire d'informatique de Paris 6 a développé une nouvelle approche, dite des « flots de liens », qui permet d'analyser des séquences de liens entre des comptes au cours du temps. Cette méthode a déjà prouvé sa pertinence dans un autre contexte : la détection d'anomalies dans le trafic d'un réseau. Elle est maintenant à la base du développement mené au sein du laboratoire commun FiT.

Bleckwen, de son côté, apporte ses connaissances en matière de transactions financières, ainsi que son expertise dans l'application des techniques d'apprentissage automatique à la détection des anomalies. Les technologies développées dans le cadre du laboratoire commun lui permettront d'accroître les performances des outils proposés aux organismes financiers. « Pour nous chercheurs, cette collaboration suivie avec Bleckwen est une opportunité exceptionnelle de faire le lien entre des recherches fondamentales et leurs applications opérationnelles », indique Matthieu Latapy, directeur de recherche CNRS au Laboratoire d'informatique de Paris 6 et co-responsable du laboratoire commun FiT.

Dans une première étape, les partenaires s'intéressent à la détection de fraudes, en commençant par appliquer l'approche des flots de liens à des données issues de cas concrets fournies par Bleckwen. Dans un deuxième temps, ils s’attacheront à la détection, plus complexe, des opérations de blanchiment d'argent. Au laboratoire comme dans l'entreprise, quatre personnes (en équivalent temps plein) se consacrent aux travaux du laboratoire commun FiT.

 

1 Laboratoire d’informatique de Paris 6 (CNRS/Sorbonne Université)

2 Bleckwen est un éditeur de logiciels spécialisés dans l'application de l'apprentissage automatique à la lutte contre la criminalité financière.

Contacts :

Matthieu Latapy / Directeur de recherche CNRS au LIP6 et co-responsable du laboratoire commun FiT / matthieu.latapy@lip6.fr

Leonardo Noleto / Responsable scientifique de Bleckwen et co-responsable du laboratoire commun FiT / leonardo.noleto@bleckwen.ai