© Lionel Roux

Virginie MarisChercheuse en philosophie de l'environnement

Médaille de bronze du CNRS

Chercheuse en philosophie de l’environnement de l’unité Biodiversité et conservation du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive1 à Montpellier.

Mon mémoire de maîtrise portait sur le statut ontologique de l’infini dans l’arithmétique frégéenne - autant dire que personne dans mon entourage ne comprenait à quoi j’occupais mes journées ! Lorsque j’ai obtenu un poste d’assistante pour un cours d’éthique appliquée, je me suis passionnée pour les débats que nous avions sur le statut moral des embryons, la souffrance animale, la prostitution. C’est comme ça que j’ai compris que la recherche en philosophie pouvait aussi concerner mes engagements personnels et ceux de mes concitoyens. J’ai décidé de faire une thèse en éthique environnementale et, même si j’ai gardé une grande affection pour la philosophie des maths, je n’ai cessé depuis de mettre mes travaux à contribution pour établir un dialogue entre les sciences, les institutions et le public. 

  • 1. CNRS/Université Montpellier/Université Paul Valery Montpellier/EPHE

CV

  • 2006 : Doctorat en philosophie de l’université de Montréal (Département de philosophie)
  • 2007-2009 : Post-doctorat dans le département Hommes, natures, sociétés au Muséum national d’histoire naturelle
  • 2009 : Entrée au CNRS – Chargée de recherche au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive
  • 2010-2014 : Porteuse du projet de recherche interdisciplinaire BIODISER (De la biodiversité au services écosystémiques)
  • 2016-2017 : Chercheuse invitée au Centre de recherche en éthique de l’université de Montréal