CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Partenariats et stratégie

Intelo, un véhicule automatique pour surveiller l’évolution des ouvrages d’art

Intelo, un véhicule appareillé numériquement, permet une inspection automatisée des ouvrages d’art, sans entraver la circulation et en optimisant la sécurité du personnel de maintenance.

illustration

Pont, mur de soutènement, barrage, centrale nucléaire … Comment éviter, pour surveiller les ouvrages d’art,  d’utiliser des moyens lourds, coûteux et parfois dangereux, comme des nacelles ou des cordistes, ou d’immobiliser des voies pour la mise en place des équipements ?

Pour éviter ces contraintes, un nouveau dispositif d’inspection numérique d’ouvrages d’art, Intelo (INspection TELévisuelle des Ouvrages), a été développé par  des chercheurs du Laboratoire Ampère (CNRS/INSA Lyon/École Centrale de Lyon/Université Claude Bernard), en collaboration avec des enseignants du département Génie Mécanique de l'INSA  Lyon, deux ingénieurs INSA, ainsi que les entreprises Structure et Réhabilitation et MOBILEV. Conçu pour mieux suivre l’évolution des ouvrages d’art qui se détériorent et dont le nombre ne cesse de croître, l’appareil est muni d’un bras d’inspection, à la fois léger et rigide. Ce dispositif permet d’établir une cartographie numérique d’éventuels défauts sur des ouvrages d'art, tout en maintenant le trafic pendant la phase d'inspection : pour les ponts ferroviaires, il  se déplace sur le caniveau technique situé entre le ballast (lit de graviers sur lequel repose une voie de chemin de fer) et le parapet , et n’encombre que très peu les voies de circulation sur les ponts routiers. Grâce à son bras d’inspection, composé de deux parties de six mètres chacune, l’engin véhiculé et stabilisé photographie toutes les parties des ouvrages d’art et plus particulièrement les faces intérieures et les appareils d'appui. Les images obtenues sont géolocalisées puis placées automatiquement dans les plans de l'ouvrage, permettant d’éviter toute saisie manuelle de coordonnées tout en vérifiant que l’ensemble des surfaces à inspecter a bien été couvert. Des capteurs laser de distance relèvent le profil de l’intrados des ouvrages d’art afin de programmer une série de prises de vues automatiques et de détecter et localiser des fissures de plus de 0,1 millimètres d'ouverture. 

Le laboratoire lyonnais Ampère, dont l'objectif général est la gestion et l’utilisation rationnelles de l’énergie dans les systèmes en relation avec leur environnement, est intervenu lors de la conception mécatronique (pour la mécanique électronique et informatique en temps réel) ainsi que dans la réalisation du prototype.

Intelo est porté par la société Structure et réhabilitation, propriétaire et utilisateur du prototype, Le projet est financé par la Région Rhône-Alpes sur fonds européens FEDER.  Il implique également MESEA, consortium regroupant Vinci Concessions et Inexia,(intégrée dans le groupe Systra exploitant de la future ligne LGV Tours-Bordeaux).

Initié en 2012, le projet Intelo  a abouti en juin 2015 pour être commercialisé par les sociétés Mobilev en France et à l’étranger. Il a déjà été utilisé par Structure et réhabilitation pour des inspections télévisuelles dans le domaine routier, mais également sur un viaduc ferroviaire SNCF sous circulation TGV à V320 km/h, sans coupure caténaire. La dernière étape sera la certification Certifer. 

Contacts :

Arnaud Lelevé / Laboratoire Ampère / T. +33 4 72 43 87 80 / arnaud.leleve@insa-lyon.fr

Baptiste Sutter / Structure et réhabilitation / b.sutter@structure-rehabilitation.fr